Divers

Actualité

Un ancien commando crée une balise d’alerte pour plongeur en détresse

Divers

Un ancien commando marine morbihannais prépare la commercialisation de son innovation : une balise destinée à signaler un plongeur en difficulté. Il vise les marchés militaires et civils mais aussi le secteur des loisirs.

On dirait une lampe-torche adaptée aux fonds marins ou un phare de poche avec son dôme lumineux. C’est le prototype du dispositif de sécurité et de localisation pour plongeur en détresse, conçu par Stéphane Bier, un plongeur professionnel, et développé par un ancien commando marine. « Le système est aussi simple qu’ingénieux. Il s’agit d’une bouée-balise qui se porte à un bras à l’aide d’un brassard. Quand on la déclenche, elle se sépare du brassard, s’éclaire, diffuse un signal sonore et remonte à la surface tout en déroulant un filin de 50 m relié au plongeur », explique Xavier Antononi, le directeur de la société Asap, basée à Ploemeur (Morbihan).

Une alerte lumineuse et sonore

Le système, testé depuis deux ans par des plongeurs professionnels et militaires, a convaincu ses utilisateurs. « Il peut être utilisé de jour comme de nuit et par tous les temps. Et les alertes se voient et s’entendent sous l’eau et à la surface. Le plongeur en difficulté est rapidement localisé », complète l’entrepreneur qui entrevoit des débouchés dans les secteurs militaires et civils. Souvent, la sécurité du plongeur dépend de son binôme. « Encore faut-il qu’il soit alerté », pointe l’ancien instructeur chez les commandos marine. Les quatre prototypes à l’essai éclairent la sécurité sous-marine sous un nouveau jour et semblent rompre la sensation d’isolement. « Avec la bouée-balise, le moindre souci technique peut être rapidement signalé avant qu’il ne se transforme en accident de plongée », abonde Xavier Antononi qui espère désormais décrocher une homologation de la Marine nationale avant de lancer la production industrielle.

Les apnéistes et les adeptes de la pêche sous-marine pourraient aussi en bénéficier

« Je sais que cette innovation a un intérêt réel pour l’ensemble des plongeurs », affirme le directeur d’Asap, qui ne vise pas seulement le marché des plongeurs professionnels. « Les apnéistes, les adeptes de la pêche sous-marine pourraient aussi en bénéficier. Leur bouée à la surface signale une présence mais pas un incident », poursuit-il tout en imaginant de nouveaux horizons à cette balise sonore et lumineuse. Son utilisation pourrait s’étendre à certaines pratiques nautiques, tel le kayak de mer ou le kite-surf, voire au secteur de la pêche. « L’alerte est visible ou audible dans un rayon de 300 mètres ».

Un article de la rédaction du Télégramme