Défense
Un ancien du commando François arrive en P-51 sur la BAN d’Hyères

Actualité

Un ancien du commando François arrive en P-51 sur la BAN d’Hyères

Défense

Moment d’émotion samedi, à Hyères, lorsqu’un vénérable P-51 Mustang s’est posé sur la base d’aéronautique navale. L’appareil de collection arrivait d’Avignon avec à son bord un passager très spécial. Pierre Pihan, 83 ans, marin et héros de guerre, a été accueilli sur le tarmac par le capitaine de vaisseau Olivier Duffit, commandant de la BAN, accompagné notamment d’autres anciens bérets verts.  

 

 

Arrivée du P-51 samedi à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Arrivée du P-51 samedi à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Le comité d'accueil (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le comité d'accueil (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

 

 

A l’occasion de la journée porte ouverte de la base varoise, qui s’est déroulée hier, et en marge des commémorations du 70ème anniversaire de la libération de la France et du centenaire du début de la première guerre mondiale, les marins ont voulu rendre hommage à leurs grands aînés : « Militaire de grande valeur, monsieur Pihan a frôlé la mort plusieurs fois en servant son pays et est aujourd’hui très impliqué au niveau associatif. Dans le cadre des commémorations, son parcours mérite d’être cité en exemple pour les jeunes générations de marins », fait valoir l’état-major de la force d’aéronautique navale. Si l’action des hommes qui ont participé aux deux conflits mondiaux du XXème siècle est à l’honneur cette année, la venue de Pierre Pihan est aussi une façon de rappeler que, depuis 1945, de nombreux militaires continuent de donner leur vie pour la France. Trop jeune, de peu, pour participer aux débarquements de Normandie et de Provence, Pierre Pihan a rejoint dès que son âge le lui a permis la Marine nationale, au sein de laquelle il s’est engagé en 1946. Il avait alors 15 ans. Devenu fusilier-marin, le jeune homme, qui a par la suite décroché ses certifications de parachutiste et nageur de combat, avait intégré le commando François, l’une des six unités d’élite de la marine créées en 1947. Alors que les commandos Jaubert, Monfort, Trepel, De Penfentenyo et Hubert existent toujours, François a été dissous en mai 1953.

 

Fred Acary, le pilote du P-51, avec Pierre Pihan (© : MER ET MARINE - JL VENNE)

Fred Acary, le pilote du P-51, avec Pierre Pihan (© : MER ET MARINE - JL VENNE) 

 

 

L’héroïque combat du commando François en Indochine

 

 

En Indochine, où les forces françaises affrontèrent le Vietminh de 1946 à 1954, le commando François (qui portait le nom du lieutenant de vaisseau François Jacques, mort sur le Tonkin à la tête de sa flottille amphibie en janvier 1947) fut décimé dans la nuit du 28 et 29 mai 1951 à Ninh Binh. Seuls contre deux bataillons du général Giap, qui avait lancé une vaste offensive pour s’emparer du delta du Tonkin, le lieutenant de vaisseau Albert Labbens et ses 76 hommes, retranchés dans une église abandonnée, ont offert une résistance héroïque. En état d’infériorité numérique écrasante, les marins français, âgés en moyenne d’à peine 20 ans, perdirent 40 des leurs sous le feu de l’ennemi et, malgré une sortie de vive force réussie, les survivants, après avoir épuisé leurs munitions, furent capturés. En plus des 40 tués, on dénombra 9 disparus, certains ayant probablement été fusillés. Seuls 29 hommes du commando François survécurent, dont Pierre Pihan, à l’issue d’un sacrifice qui a permis de retarder l’offensive surprise de Giap. Grâce à cette valeureuse résistance, le général de Lattre de Tassigny eut le temps d’organiser la riposte dans ce qui constitua le début de l’un des grands affrontements de la guerre d’Indochine, connu sous le nom de bataille du Day.  

 

 

Faire vivre la mémoire des camarades tombés

 

 

Le combat et la bravoure du commando François à Ninh Binh sont depuis 63 ans inscrits dans l’histoire militaire française. Dès le 12 décembre 1951, l’unité avait d’ailleurs été citée à l’ordre de ce que l’on appelait encore, à l’époque, l’armée de mer. Le site Vétérans Jobs Center rappelle la citation : « Ayant en un combat digne des meilleurs traditions miliaires tenu en échec presque un régiment a fait perdre à l’ennemi 24 heures de son attaque. Par sa témérité, par son ardeur au combat le commando François restera comme un exemple des plus belles qualités militaires poussées jusqu’au sacrifice total ». Pour autant, les années sont passées et, à l’exception du désastre de Diên Biên Phu,  les faits d’armes de la guerre d’Indochine, déjà lointaine pour l’opinion publique de l’époque, se sont progressivement estompés dans l’esprit collectif. C’est pourquoi Pierre Pihan œuvre sans relâche, dans le cadre associatif, pour perpétuer la mémoire de ses anciens camarades et faire en sorte que leur sacrifice ne soit pas oublié.

 

 

Arrivée du P-51 samedi à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Arrivée du P-51 samedi à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

 

Les 70 ans du Mustang

 

 

C'était l'objectif de l’opération menée samedi, avec le soutien de Fred Acary, propriétaire et pilote du P-51 Mustang ayant emmené l’ancien béret vert d’Avignon à Hyères. Un superbe appareil, maintenu en parfait état de conservation, qui fête d'ailleurs ses 70 ans. Construits à plus de 15.000 exemplaires par la firme américaine North America Aviation, les P-51, entrés en service début 1942, étaient des chasseurs bombardiers capables d’atteindre 700 km/h en vitesse de pointe. Dotés de six mitrailleuses de 12.7mm intégrées aux ailes, ils pouvaient également emporter 900 kilos de bombes ou une dizaine de roquettes.

 

 

Arrivée du P-51 samedi à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Arrivée du P-51 samedi à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

 

Initialement développé pour les besoins de la Royal Air Force, en manque d'avions lors de la bataille d'Angleterre face à la Luftwaffe allemande, le Mustang a d’abord été utilisé par les aviateurs britanniques, avant d’être adopté par leurs homologues américains à partir de l’hiver 42/43. Disposant d’une autonomie bien plus importante que celle du Spitfire, le nouveau chasseur aura un rôle déterminant dans l’escorte des bombardiers lancés sur l’Allemagne et dans la maîtrise progressive du ciel européen par les alliés. De quoi amplement justifier, en cette année de commémorations, la venue du P-51 à Hyères, où il fut l’une des vedettes de la journée porte ouverte de ce dimanche (voir notre article sur le sujet avec un reportage photo). 

 

 

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le P-51 Mustang à Hyères (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

 

Marine nationale