Croisières et Voyages
Un baptême présidentiel au Havre pour le brise-glace de Ponant ?

Actualité

Un baptême présidentiel au Havre pour le brise-glace de Ponant ?

Croisières et Voyages

Si tout se passe comme prévu, Le Commandant Charcot, premier navire brise-glace de l’industrie de la croisière actuellement en construction, fera ses débuts au départ du Havre en mai 2021. L’occasion pour son armateur, la compagnie française Ponant, filiale du groupe Artemis (la holding de la famille Pinault), de pouvoir inaugurer en grande pompe son nouveau vaisseau amiral. Et apparemment, Ponant espère que les festivités pourront se dérouler, comme cela se fait régulièrement, en compagnie d’une très haute autorité. Compte tenu du lieu, on aurait pu penser à l'actuel premier ministre, mais la compagnie aurait plutôt dans l’idée d’inviter le président de la République. Cette présence n’est toutefois pas gagnée d’avance compte tenu du sujet et du contexte, potentiellement polémique. Car il pourrait être politiquement compliqué pour Emmanuel Macron de patronner et donc soutenir par sa présence le développement du tourisme polaire au moment où le chef de l’Etat doit donner des gages quant à son action en faveur de l’environnement et de la lutte contre le réchauffement climatique.

Réalisé par Vard, filiale du groupe italien Fincantieri, Le Commandant Charcot, une fois sa coque mise à l’eau par le chantier Vard de Tulcea (Roumanie), où sa construction est en cours, sera remorqué vers l’un des chantiers norvégiens de Vard, celui de Langsten, pour être achevé. Long de 150 mètres pour 28 mètres de large, 10 mètres de tirant d’eau et une jauge de 31.757 GT, ce navire de luxe comptera 135 cabines, soit une capacité de 270 passagers, servis par 190 membres d’équipage. Il embarquera deux hélicoptères H145 qui serviront aux reconnaissances pour la navigation dans les glaces et à des excursions aériennes au profit des passagers. Répondant à la norme Polar Code 2, ses capacités seront supérieures à celles de la plupart des brise-glaces commerciaux, à l’exception notamment des nouveaux navires russes à propulsion nucléaire. Le Commandant Charcot pourra briser une épaisseur de glace allant jusqu’à 2.5 mètres et des crêtes de compression (amoncellement au fil du temps de blocs de glace sous et au-dessus de la banquise) de plus de 10 mètres. Sa propulsion fonctionnera au gaz naturel liquéfié (GNL), ce qui permettra de réduire sensiblement, voire d’éliminer pour certains produits, les rejets polluants (SOx, NOx, particules fines) et de limiter, mais dans des proportions bien moindres, les émissions de CO2. Des batteries permettront par ailleurs d'optimiser le régime des moteurs (peak shaving), l'armateur espérant pouvoir s'en servir également pour faire fonctionner son navire en tout électrique pendant de courtes périodes. 

La croisière inaugurale du Commandant Charcot est prévue au départ du Havre le 31 mai 2021 pour un voyage de 14 nuits vers l’Islande et le Groenland. Le navire passera la saison d'été dans l’Arctique avec en particulier les premières croisières permettant d’atteindre le pôle nord magnétique, qui nécessitent de casser de la glace pendant plusieurs jours. Il doit également franchir le passage du nord-ouest, avant de partir pour l’hiver 2021/2022 vers l’Antarctique, où il pourra s’enfoncer profondément au sud à travers la banquise. Des croisières qui apparemment rencontrent un beau succès commercial, avec des places vendues selon les catégories de cabines entre 15.000 et 40.000 euros par personne pour la traversée inaugurale, de 25.000 à plus de 100.000 euros pour le pôle nord magnétique (15 nuits) et à partir de 42.000 euros pour le passage du nord-ouest (24 nuits).

 

Compagnie du Ponant