Croisières et Voyages
Un baptême très « british » pour l’Anthem of the Seas

Actualité

Un baptême très « british » pour l’Anthem of the Seas

Croisières et Voyages

Le son des cornemuses et « God save de Queen », l’hymne national britannique, ont marqué lundi le baptême, à Southampton, du nouveau paquebot de Royal Caribbean International. Avec comme marraine Emma Wilby, agent de voyage britannique qui en plus de ses talents professionnels dans le tourisme, a surpris les 1600 invités de la cérémonie par ses performances de chanteuse, en interprétant brillamment Firework, de Katy Perry.

 

Emma Wilby chantant Firework lors du baptême (© : RCI)

Emma Wilby chantant Firework lors du baptême (© : RCI)

Le capitaine Andersen, Michael Bayley, président de RCI et la marraine Emma Wilby (© : RCI)

Le capitaine Andersen, Michael Bayley, président de RCI et la marraine Emma Wilby (© : RCI)

 

Fraîchement livré par les chantiers allemands Meyer Werft, l’Anthem of the Seas est positionné pour sa saison inaugurale sur le marché britannique. Plus gros navire de croisière exploité jusqu’ici au départ d’un port anglais, l’impressionnant vaisseau de 348 mètres de long et 167.800 GT de jauge compte 2090 cabines. De quoi accueillir jusqu’à 4905 passagers, servis par 1550 membres d’équipage.

 

Pont piscines de l'Anthem of the Seas (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Pont piscines de l'Anthem of the Seas (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le solarium de l'Anthem of the Seas (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le solarium de l'Anthem of the Seas (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La Royal Esplanade de l'Anthem of the Seas (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)*

La Royal Esplanade de l'Anthem of the Seas (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)*

 

Elégance et modernité

L’Anthem of the Seas est le premier sistership du Quantum of the Seas, mis en service cet automne. Les deux navires sont identiques dans leur architecture, mais présentent des différences en matière de design intérieur et d’œuvres d’art, avec une nouvelle collection rassemblant de magnifiques fresques, sculptures et autres tableaux sur le dernier né de RCI. Aussi élégant que son aîné, dans un style qui n’est pas sans rappeler les très beaux navires de Celebrity Cruises, autre filiale du groupe américain RCCL, l’Anthem of the Seas constitue aussi le summum de la modernité pour l’industrie de la croisière.

 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Un navire connecté (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Un navire connecté (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Désormais parfaitement au point, y compris en Europe où l’opérateur de communications O3b assure la couverture avec sa nouvelle constellation de satellites, le paquebot offre une liaison Internet haut débit aussi puissante qu’à terre. Navire totalement connecté, il facilite la vie de ses passagers grâce à une application sur tablette et mobile donnant accès à tous les services à bord.

 

La North Star surplombe le pont piscines (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La North Star surplombe le pont piscines (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Côté équipements, comme le Quantum of the Seas, son jumeau dispose de la North Star, cette impressionnante capsule d’une douzaine de places fixée sur un bras articulé et qui emmène ses occupants à 90 mètres au dessus de la mer pour un panorama unique sur un paquebot.

 

La North Star (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La North Star (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Vue de la North Star à 90 mètres au dessus de la mer (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Vue de la North Star à 90 mètres au dessus de la mer (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Une attraction qui remporte un très grand succès, tout comme Ripcord by iFly, le premier simulateur de chute libre proposé en mer. Le SeaPlex, salle polyvalente couverte qui se transforme au fil de la journée en piste d’auto-tamponneuses, puis de  rollers, en terrain de sport et en école de cirque,  suscite également un bel enthousiasme auprès des passagers.

 

Simulateur de chute libre (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Simulateur de chute libre (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le SeaPlex (© : RCI)

Le SeaPlex (© : RCI)

 

Nouveaux spectacles

Ceux-ci sont tout autant bluffés par les spectacles. Le théâtre vibre toujours au rythme des grands shows mais, cette fois, ce n’est pas l’univers d’Abba avec le Mamma Mia ! de Broadway, que l’on trouve sur le Quantum, mais celui des guitares électriques et du groupe britannique Queen avec We Will Rock You. Un show qui a été vu par 6.5 millions de personnes au Dominion Theatre de Londres, où il est resté programmé durant 12 ans. 

 

We Will Rock You (© : RCI)

We Will Rock You (© : RCI)

 

Quant au Two70°, cette grande salle novatrice située à l’arrière, avec d’immenses baies vitrées se transformant la nuit en toile de fond numérique agrémentée de six robots manoeuvrant des écrans géants, elle présente aussi un nouveau spectacle. Alors que Quantum propose le somptueux Starwater, Anthem dévoile  Spectra’s Cabaret, une nouvelle production exclusive aussi étonnante qu’inédite dans le monde de la croisière.

 

Le Two70° en journée (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Two70° en journée (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Spectra's Cabaret auTwo70° (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Spectra's Cabaret auTwo70° (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Spectra's Cabaret auTwo70° (© : RCI)

Spectra's Cabaret auTwo70° (© : RCI)

 

« La flexibilité, c’est l’avenir »

Disposant de nombreux salons et bars, d’un casino, d’un grand centre de bien-être, ou encore d’un immense et magnifique solarium situé dans le prolongement du pont piscine, l’Anthem of the Seas se distingue aussi par son offre culinaire. Inaugurée avec le Quantum of the Seas, le « Dynamic dining » est désormais parfaitement rôdé. Ce concept a vu la disparition de la grande salle à manger, remplacée par quatre restaurants thématiques, auxquels s’ajoutent de nombreux autres restaurants de spécialités. La compagnie laisse ainsi à ses passagers une grande flexibilité dans les horaires comme le placement à table et le choix du restaurant au dîner. Avec au final moins de contrainte pour le client et une carte extrêmement vaste relevée d’une qualité de nourriture toujours aussi remarquable. « Le choix est incroyable et la flexibilité, c’est l’avenir de notre industrie, notamment pour aller chercher de nouveaux consommateurs », estime Michael Bayley, président de Royal Caribbean International.

 

Le restaurant asiatique Silk (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le restaurant asiatique Silk (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Les paquebots de la classe Quantum sont en effet clairement conçus pour séduire une large clientèle et notamment les familles et les jeunes, grâce à toutes les activités proposées et la connectivité qu’offrent ces navires hors du commun. « L’innovation et la technologie sont dans l’ADN de Royal Caribbean. Il faut respecter la tradition qui fait le succès de la compagnie depuis 45 ans, évoluer pour apporter de nouvelles expériences et révolutionner certaines approches. Chaque nouvelle classe de navires est l’occasion de d’introduire des nouveautés », note le patron de RCI.

 

L'Anthem of the Seas en mer (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'Anthem of the Seas en mer (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

C’est ainsi que la croisière devient de plus en plus tendance et voit son public se rajeunir significativement, notamment chez les grandes compagnies américaines, qui rivalisent d’idées pour proposer toujours plus d’activités à bord des paquebots et cela pour tous les âges. « La croisière connait une croissance considérable, notamment du fait de sa valeur. Quand on regarde l’expérience que l’on peut avoir ici par rapport à des vacances au même prix à terre, ça n’a rien à voir », souligne Michael Bayley. Animations, nourriture, hôtellerie, service… « La qualité est remarquable et, pour les consommateurs, les prix sont extraordinaires ».

 

L'Anthem of the Seas (© : RCI)

L'Anthem of the Seas (© : RCI)

 

L’Europe, les Etats-Unis, la Chine et l’Australie

Pour l’heure, Royal Caribbean a commandé trois unités de la classe Quantum, chaque navire représentant un investissement de l’ordre du milliard de dollars. Le premier, après avoir passé l’hiver aux Etats-Unis, va rejoindre cet été la Chine où il sera basé à l’année. Il sera remplacé sur le marché américain par l’Anthem of the Seas, qui rejoindra la région de New York à l’automne et proposera des croisières vers les Caraïbes. Quant au troisième navire de la série, l’Ovation of the Seas, il sera livré au printemps 2016 par Meyer Werft et retrouvera le Quantum of the Seas en Chine avant d’être repositionné en décembre 2016 en Australie. La compagnie a donc décidé de déployer son  nouveau concept sur tous ses grands marchés, y compris l’Asie émergente, qui n’a jamais bénéficié de paquebots aussi modernes et aussi grands. « La Chine est un marché qui grandit vraiment très vite et nous avons de plus en plus de clients chinois sur place mais aussi sur tous nos navires à travers le monde », rappelle Dominic Paul, vice-président de RCI en charge du développement international.

 

L'Allure of the Seas (© : RCI)

L'Allure of the Seas (© : RCI)

 

Les géants de la classe Oasis en Méditerranée

Si l’Europe ne disposera plus l’an prochain d’une unité de la classe Quantum, elle ne sera toutefois pas en reste puisque c’est en Méditerranée que le nouvel Harmony of the Seas, en construction au chantier STX France de Saint-Nazaire, réalisera sa saison inaugurale. Troisième navire de la classe Oasis, ce géant, qui sera le plus grand paquebot du monde (362 mètres, 227.000 GT, 2700 cabines) sera exploité au départ de Barcelone. Il succèdera à l’Allure of the Seas, qui débutera le mois prochain la première saison complète d’un Oasis en Europe. « C’est un grand évènement pour le marché européen et, principalement grâce à l’Allure of the Seas, nous allons doubler cette année le nombre de nos passagers en Europe », se félicite Emmanuel Joly, directeur marketing de RCI pour l’Espagne et la France. Pour l’Hexagone, les chiffres sont bons, la compagnie repartant de l’avant après la restructuration de son bureau parisien en 2012. « La France est en croissance et le message commence à passer au sein de la clientèle que Barcelone constitue une alternative aux embarquements à Marseille, et pas uniquement pour les personnes qui habitent dans le sud-ouest. Il y a notamment des liaisons aériennes depuis Paris à des prix très abordables et pour une durée de vol de seulement 1h15, mais aussi une ligne TGV, qui met la capitale française à seulement six heures de Barcelone ». En dehors de l’Allure of the Seas, qui va proposer des croisières de 7 nuits en Méditerranée occidentale, Royal Caribbean dispose également, au départ du port catalan, du Vision of the Seas, avec des traversées de 12 jours vers les îles grecques et jusqu’à Venise. 

Royal Caribbean