Marine Marchande
Un cargo échoué dans les Bouches de Bonifacio

Actualité

Un cargo échoué dans les Bouches de Bonifacio

Marine Marchande

Le Rhodanus, un cargo de 90 mètres géré par la société néerlandaise Q Shipping, s’est échoué dans la nuit de samedi à dimanche à Cala Longa, à l’est de Bonifacio. Aucun blessé n’est à déplorer parmi les sept membres d’équipage et aucune pollution n’est, pour le moment, constatée.

Les circonstances exactes de cet échouement ne sont pas encore connues. Construit en 1998 et immatriculé à Antigua et Barbuda, le caboteur avait appareillé de Tarente à destination de Port-Saint-Louis-du-Rhône avec 2650 tonnes de bobines d’acier à son bord. Peu de temps avant l’accident, il aurait dû embouquer le détroit des Bouches de Bonifacio. Il semblerait qu’il ait raté son point tournant et ait continué tout droit sans ralentir. Pendant près d’une cinquantaine de minutes, le CROSS Corse, le sémaphore de Pertusato et celui de La Maddalena, en Sardaigne, ont tous les trois appelé le navire pour tenter, en vain, de le faire réagir.

Pour mémoire, les Bouches de Bonifacio sont classées, depuis 2011, comme zone maritime particulièrement vulnérable par l’Organisation Maritime Internationale. L’écosystème très sensible de cette zone ainsi que sa grande dangerosité liée à une accélération des vents, une houle courte, des changements brutaux de météo et de nombreux écueils ont valu ce classement. Ce dernier ouvre un certain nombre de possibilités de régulation de la zone par les Etats riverains, alors même qu’il s’agit d’un détroit bénéficiant normalement de la liberté de passage garanti par le droit international.

La France et l’Italie ont ainsi mis en place des mesures d’interdiction de passage de navires transportant des marchandises polluantes, restreintes pour le moment aux bateaux arborant leurs pavillons. Un appel d’offres pour assistance à la mise en place d’une station de pilotage hauturier a été passé durant l’été par l’Office des Transports Corses. Environ 3500 navires de commerce empruntent cette voie maritime tous les ans. Les élus locaux et de nombreuses associations sont nombreux à réclamer davantage de mesures de protection.

En ce qui concerne le Rhodanus, le navire a donc fini par s’échouer aux alentours de 3 heures du matin dimanche. Le CROSS a immédiatement dépêché la vedette SNSM L’Herminier II de Bonifacio, un hélicoptère Puma de l’armée de l’Air, le patrouilleur Jonquille de la gendarmerie maritime et le patrouilleur italien CP306. Le bâtiment hydrographique Lapérouse de la Marine nationale, en mission à proximité, rejoint également rapidement la zone. Parallèlement, le remorqueur d’assistance et de sauvetage Abeille Flandre a appareillé de Toulon, suivi du bâtiment de soutien et d'assistance affrété Jason qui a chargé du matériel antipollution. Ils sont tous deux arrivés sur zone en fin de journée hier. Le remorqueur Persevero a également rallié le navire échoué.

Une équipe d’évaluation et d’intervention a été hélitreuillée sur le Rhodanus par un Caïman Marine pour évaluer la situation avec l’équipage, toujours à bord. Un détachement du groupement des plongeurs démineurs de la Méditerranée a examiné la coque, dont l’intégrité a été constatée et la configuration du sol sur lequel le bateau est échoué.

 

 

Il s'avère que le cargo est, selon la préfecture maritime de la Méditerranée, largement échoué sur l'avant, doit être allégé pour permettre son déséchouement. Des moyens adaptés, avec des capacités de manutention des bobines d'acier (qui pèsent plusieurs tonnes chacune) sont recherchées afin de mener à bien cette opération. Les délais ne sont pour l'instant pas connus, la priorité des autorités étant en attendant la sécurisation du site et la protection de l'environnement marin. 

 

(© PREFECTURE MARITIME DE MEDITERRANEE)

(© PREFECTURE MARITIME DE MEDITERRANEE)

Pollution en mer et accidents