Pêche
Un chalutier breton croché par un sous-marin portugais

Actualité

Un chalutier breton croché par un sous-marin portugais

Pêche
Défense

Vers 7 heures hier matin, le sous-marin Tridente, qui naviguait en plongée à 30 milles au sud-sud-est du Cap Lizard, s’est pris dans les filets du Daytona, qui pêchait au large des côtes anglaises. Après avoir viré son chalut, le bateau français se retrouve bloqué et l’équipage, qui a senti un choc, pense avoir croché une épave. C’est alors que, sous le regard éberlué des cinq pêcheurs, le bâtiment de la marine portugaise a fait surface, remontant avec lui le matériel de pêche du chalutier de 22 mètres immatriculé à Saint-Brieuc. Pour se dégager, le patron du Daytona a décidé peu avant 10 heures de larguer en mer chalut, funes et panneaux avant de faire route vers Roscoff, où il est arrivé vers 17H30. Les gendarmes maritimes sont montés à bord et ont auditionné l’équipage. Le bateau, qui ne souffre d’aucun dégât, a reçu un nouveau chalut dans la soirée et, de nouveau équipé, a repris la mer.

 

Le Daytona (© : LE TELEGRAMME - CLAUDE PRIGENT)

Le Daytona (© : LE TELEGRAMME - CLAUDE PRIGENT)

 

Plus de peur que de mal donc, les pêcheurs bretons s’en sortant sains et saufs, mais ils ont clairement eu de la chance, le risque majeur d’une croche de sous-marin étant bien entendu d’entrainer le bateau vers le fond. Alors que l’affaire de la disparition mystérieuse du Bugaled Breizh, en janvier 2004, a rapidement refait surface, d’autres commentateurs, plus légers, ont préféré plaisanter sur la seconde incursion portugaise dans les filets français en quelques jours...

Sauf que contrairement à leur équipe de football, les marins portugais s'y sont retrouvés bien empêtrés. L’incident étant intervenu dans la zone de responsabilité britannique en matière de sauvetage, le MRCC de Falmouth a dépêché auprès du Tridente des moyens d’assistance afin de l’aider à se défaire du chalut du Daytona. Le sous-marin participait au moment des faits à un exercice avec la Royal Navy. 

Premier des deux nouveaux sous-marins du type 209 PN livrés au Portugal par les chantiers allemands HDW de Kiel, le Tridente est entré en service en 2010, suivi par son sistership, l'Arpão, en 2012. Ces bâtiments de 68 mètres de long et 2000 tonnes de déplacement en plongée sont dotés d'un système de propulsion anaérobie, basé sur des piles à combustible permettant d'augmenter l’autonomie en immersion. Armés par 32 hommes, les sous-marins portugais disposent de huit tubes de 533 mm et peuvent embarquer jusqu'à 16 armes, dont des torpilles lourdes Black Shark.

 

L'Arpão

L'Arpão (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)