Disp POPIN non abonne!
Pêche

Actualité

Un chalutier coule au large du Calvados

Pêche

Encore un naufrage de bateau de pêche, le troisième en 72 heures au large des côtes françaises. Après le Saint-Antoine de Padoue en baie de Seine le 3 janvier puis le Da Zoujan le 5 janvier au large de Saint-Malo, c’est le Lucky, basé à Fécamp, qui a sombré hier après-midi. Le chalutier normand a été victime à la mi-journée d’un incendie qui a ravagé son pont et sa cabine, alors qu’il se trouvait à une dizaine de milles au nord d’Ouistreham. Les trois membres d’équipage ont pu évacuer sur un canot de sauvetage et ont été récupérés par le Bambino, un autre bateau de pêche présent dans le secteur. Ils ont été transférés à bord de la vedette Esteron de la Gendarmerie maritime, qui les a ramenés au Havre où ils ont été pris en charge par les services de secours (l’un des pêcheurs souffrait de brûlures superficielles).

Alors que le CROSS Jobourg avait également mobilisé le patrouilleur Cormoran de la Marine nationale, le patrouilleur Géranium de la Gendarmerie maritime et la vedette Sainte Anne des Flots de la station SNSM d’Ouistreham, des marins-pompiers ont été déployés par l’hélicoptère EC225 de la marine basé à Maupertus, près de Cherbourg. Cette équipe n’a toutefois pas pu monter à bord du Lucky, considérant la situation comme trop dangereuse. Après avoir pensé un temps que le feu se calmait, l’incendie a finalement repris de la vigueur et le chalutier a fini par couler vers 17h30.

 

(© 

(© MARINE NATIONALE)

 

Le remorqueur d’intervention, d’assistance et de sauvetage Abeille Liberté, dépêchée sur zone par la préfecture maritime pour éviter tout risque de dérive du Lucky dans le chenal d’accès au port du Havre, s’est finalement employé à repêcher des débris du bateau flottant en surface.

Hier soir, la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord indiquait qu’aucune pollution n’avait été constatée. Les autorités sont maintenant en discussion avec l’armateur du Lucky et son assureur afin de mettre en place une opération de renflouement de l’épave, qui se trouve dans une zone de pêche par faibles fonds (25-30 mètres environ). 

Accidents, pollutions