Marine Marchande
Un chimiquier échoué sur l'île française de Clipperton

Actualité

Un chimiquier échoué sur l'île française de Clipperton

Marine Marchande

Le 10 février, le chimiquier Sichem Osprey, de la compagnie, Eitzen Chemical, s'est échoué à la vitesse de 16 noeuds sur l'île française de Clipperton, dans l'océan Pacifique. Construit en 2009, le navire de 170 mètres de long, battant pavillon maltais, affiche un port en lourd de 25.432 tonnes. Il transport 10.500 tonnes de Xylène, un produit toxique et inflammable, 6000 tonnes de suif et 6 000 tonnes d'huile de soja. Doté d'une double coque, le Sichem Osprey est échoué sur une longueur de 97 mètres. « Plusieurs remorqueurs, affrétés par la société d'assistance ont participé depuis le 13 février à des tentatives de déséchouement dans des conditions délicates. Si le navire a pu reculer de 15 mètres il y a quelques jours, toutes les tentatives de remorquage ultérieures pour remettre le navire à flot ont été infructueuses », explique le Haut-commissariat de la République en Polynésie française, qui précise qu'aucune fuite ou pollution n'a été détectée. L'armateur du Sichem Osprey a été mis en demeure par les autorités françaises de faire cesser le danger représenté par le navire, sa cargaison et ses produits de soute avant le 15 mars 2010. Une société de secours et d'assistance a été mandatée par l'armateur pour coordonner le déséchouement. Les experts de cette société ont été acheminés par hydravion, à Clipperton, le 18 février.

Le Sichem Osprey et le Courbet à Clipperton (© : MARINE NATIONALE)
Le Sichem Osprey et le Courbet à Clipperton (© : MARINE NATIONALE)

La France a également dépêché la frégate Courbet, qui accompagnait le porte-hélicoptères Jeanne d'Arc dans son ultime campagne d'application des officiers élèves. Le bâtiment de la Marine nationale, embarquant un hélicoptère Panther, est arrivé sur zone le 26 février avec une équipe d'évaluation des opérations, dont un expert antipollution du CEPPOL et un « salvage master » BOURBON. « Cette équipe a été hélitreuillée ce matin à bord du SICHEM OSPREY et confirme que les opérations en cours se déroulent conformément au plan initial de remise à flot.
Une enquête préliminaire a été ouverte pour infraction au code disciplinaire et pénal de la marine marchande et pour mise en danger de la vie d'autrui. A ce titre, un officier de police judiciaire de la gendarmerie maritime, embarqué sur le Courbet, a débuté les auditions du capitaine et de l'équipage », indiquait vendredi le Haut-commissariat. « L'équipe d'experts français a confirmé que la situation était stable, les opérations restant sous la responsabilité de la société d'assistance. Des navires de pompage et de transfert de la cargaison sont attendus en début de semaine prochaine pour alléger le navire en vue de procéder à de nouvelles tentatives de remorquage à la faveur des marées de fin de mois A ce stade de l'enquête, il n'est pas possible de se prononcer sur les raisons de l'échouement ».

Le Sichem Osprey échoué à Clipperton (© : MARINE NATIONALE)
Le Sichem Osprey échoué à Clipperton (© : MARINE NATIONALE)