Défense

Actualité

Un destroyer espagnol en stage d'entraînement à Brest

Défense

Le destroyer lance-missiles Almirante Juan de Borbon est arrivé dimanche dernier à Brest, où il va se mesurer jusqu'au 30 à l'exigence des entraineurs de la division « ENT » de l'état-major d'ALFAN (Amiral commandant la Force d'Action Navale). Chargés de surveiller et d'évaluer les faits et gestes des marins et le comportement du navire, les entraineurs mettent l'équipage à rude épreuve. Il s'agit, après une période d'indisponibilité ou de relâche à quai, d'assurer au bâtiment de combat une Mise en condition opérationnelle (MECO). Ce stage, ouvert au destroyer espagnol, se déroule au large des côtes atlantiques et implique également la frégate Latouche-Tréville, l'aviso Commandant L'Herminier et le remorqueur de haute mer Malabar. L'Almirante Juan de Borbon étant un navire de lutte antiaérienne, de nombreux avions seront engagés au cours du stage MECO. Aux côtés des appareils de Landivisiau et Lann Bihoué, deux bases bretonnes de l'Aéronautique navale, l'armée de l'Air apportera son concours avec des Mirage 2000. Le stage du destroyer espagnol s'achèvera par un tir de missile avec le Centre d'Essais et de Lancement de Missiles (CELM) de Biscarosse, un site de la DGA.

Huit ans de coopération entre la France et l'Espagne

C'est la seconde fois qu'un bâtiment de l'Armada vient à Brest pour un stage MECO. Le premier avait été la frégate Canarias, il y a trois ans. C'est en effet en septembre 2005 que la France et l'Espagne ont officialisé, par un accord formel, une coopération où les divisions entrainement de chaque marine s'engagent à assurer des stages pour les unités de l'autre pays. Dans ce cadre, la frégate antiaérienne Jean Bart a effectué fin 2007 un stage CALOPCO (équivalent espagnol de la MECO) au sein de l'Armada. Le tout premier entrainement du genre avait été mené en 2000 par la frégate Surcouf. Au terme de 25 sorties à la mer, le navire avait reçu de la part du Centre d'Evaluation au Combat (CEVACO) espagnol sa « Qualificación Operativa », avec la mention « Brillamente ».
Huit ans plus tard, c'est donc au tour de l'Almirante Juan de Borbon de se prêter à cet entrainement en coopération, qui permet aussi de renforcer les liens entre les deux marines, parfois amenées à opérer ensemble. Le Blas de Lezo, sistership du destroyer actuellement en Bretagne, avait ainsi accompagné le porte-avions Charles de Gaulle en mer Rouge et océan Indien l'an passé.
Second d'une série de six destroyers, le Juan de Borbon est un bâtiment du type F100. Construit par Navantia au Ferrol et livré en 2003, cette unité de 146.7 mètres de long et 5870 tonnes est équipé du système de défense aérienne américain AEGIS. Son armement consiste notamment en 48 missiles SM-2 MR, et un canon de 127 mm.

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Marine espagnole | Toute l'actualité de l'Armada española