Défense
Un huitième Falcon 50 pour la Marine nationale

Actualité

Un huitième Falcon 50 pour la Marine nationale

Défense

Dassault Aviation vient de livrer le dernier des quatre anciens Falcon 50 B à usage gouvernemental transformés en avion de surveillance maritime. L’appareil arrivera vendredi à la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué, où une cérémonie sera organisée en présence du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Comme les trois autres appareils concernés par ce transfert à la Marine nationale, qui en a réceptionné deux en 2014 et un en 2015, le dernier avion a été transformé pour effectuer des missions SURMAR. Le chantier a notamment porté sur l’intégration d’un radar de surveillance, d’une boule électro-optique rétractable, de consoles et d’un système de mission, ainsi que de hublots d’observation.

Initialement, l’installation d’une trappe ventrale pour le déploiement de chaînes SAR (Search and Rescue), que l’on trouve sur les quatre Falcon 50M livrés à la Marine nationale au début des années 2000, n’avait pas été retenue. Les militaires estimaient en effet que cette opération était trop complexe et coûteuse, du fait notamment des dérives de circuits. Mais cette position a évolué. Grâce aux progrès techniques, les chaînes SAR de nouvelle génération sont en effet beaucoup plus compactes et il est donc possible d’installer une « mini-trappe » n’obligeant pas à modifier le cheminement des commandes de vol, ce qui avait été le principal problème sur les Falcon 50M. 

Les anciens Falcon 50B doivent donc repasser chez Dassault Aviation à partir de la fin 2016 pour être équipés d’une trappe compacte.

Armés par la flottille 24F, les Falcon 50 de l’aéronautique navale française effectuent des missions de surveillance et de sauvetage au large des côtes de la métropole, Outre-mer et depuis des pays alliés. Un avion est notamment basé en permanence à Dakar où, dans le cadre d’accords bilatéraux avec le Sénégal, il effectue au profit de l’aéroport de la ville une alerte OACI. Sa présence est en outre mise à profit par la marine française pour mener différentes missions au large des côtes ouest-africaines, en particulier en matière de police des pêches et de lutte contre le narcotrafic. Un détachement de Falcon 50 est, par ailleurs, régulièrement envoyé en océan Indien, où il participe à la lutte contre l’immigration clandestine depuis Mayotte ou encore le contrôle de la pêche depuis La Réunion. Les avions de la 24F ont également été mis à profit ces dernières années dans des opérations similaires en Méditerranée et pour la lutte contre la piraterie au large de la corne d’Afrique. 

Marine nationale Dassault Aviation