Défense
Un Kilo russe tire des missiles de croisière contre Daech

Actualité

Un Kilo russe tire des missiles de croisière contre Daech

Défense

Moscou a annoncé hier que l’un de ses sous-marins avait procédé, depuis la Méditerranée orientale, au tir de missiles de croisière SS-N-27 Kalibr contre des objectifs de Daech en Syrie. Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a affirmé qu’une fabrique d’armes, un important dépôt de munitions et des sites pétroliers étaient visés. Il a également évoqué la destruction de deux centres de commandement dans la région de Raqqa, le fief du groupe terroriste.

 

Tirs de missiles Kalibr depuis un sous-marin (© : MARINE RUSSE) 

 

C’est la première fois qu’un sous-marin russe tire des Kalibr au cours d’une opération militaire. Le nouveau missile de croisière avait déjà été mis en œuvre depuis des bâtiments de surface, pour la première fois également - et là aussi contre Daech - le 7 octobre. A partir de la mer Caspienne, la frégate Daghestan ainsi que trois corvettes du type Buyan-M (Grad Sviyazhsk, Uglich et Velikiy Ustyug) avaient lancé 26 Kalibr sur des objectifs islamistes en Syrie, certains étant situés à 1500 kilomètres de distance. Une opération qui avait surpris les Occidentaux et permis à Moscou de démontrer que cette nouvelle capacité offensive était opérationnelle.

 

Tirs de Kalibr par la flottille de la Caspienne (© : MARINE RUSSE)

Tirs de Kalibr par la flottille de la Caspienne (© : MARINE RUSSE) 

 

Cette fois, la Russie, qui a de nouveau largement communiqué sur le sujet, a donc complété sa démonstration de force avec des tirs sous-marins, qui ont été effectués depuis le Rostov na Donu (« Rostov sur le Don »). Il s’agit du second des six nouveaux sous-marins du type Kilo 636-3 commandés spécialement pour la flotte de la mer Noire. Flambant neuf, ce bâtiment achevé fin 2014 par les chantiers de Saint-Pétersbourg et qui était encore en Baltique à l'automne a été précédé quelques mois plus tôt par le Novorossiysk. Quant au troisième de la série, le Stariy Oskol, il a été remis cet été à la marine russe et le quatrième, le Krasnodar, doit l'être en cette fin d'année. Les deux derniers, qui devraient être baptisés Velikiy Novgorod et Kolpino, seront opérationnels l'an prochain.

Longs de 73.8 mètres et présentant un déplacement de 3100 tonnes en plongée, les nouveaux sous-marins du type Kilo sont nettement plus modernes et endurants que leurs aînés, dont les premiers exemplaires sont sortis au début des années 80. Dotés de six tubes de 533mm, ils peuvent mettre en œuvre 18 torpilles et missiles de croisière, tout en disposant dans le massif d’un système antiaérien (8 missiles SA-N-8). 

Alors que l'intégration du Kalibr sur les sous-marins russes leur offrent une capacité de frappe très importante contre des objectifs terrestres, avec une arme de précision à longue portée, seule la Royal Navy britannique dispose actuellement, en Europe, de cette capacité. Ses sous-marins nucléaires d'attaque du type Trafalgar, ainsi que les nouveaux Astute, mettent en effet en oeuvre des Tomahawk américains. La flotte française rejoindra ce club très fermé en 2017, lorsque le Suffren, premier des six nouveaux SNA du type Barracuda, entrera en service avec la version à changement de milieu du missile de croisière naval (MdCN). Mais cette arme sera opérationnelle dès 2016 sur les frégates multi-missions (FREMM) de la Marine nationale. 

 

Marine Russe | Toute l'actualité des Forces Navales de la fédération de Russie