Marine Marchande

Actualité

Un méthanier franchit avec succès le passage arctique du Nord-Est

Marine Marchande

Gazprom a annoncé que le méthanier Ob River, géré par la compagnie grecque Dynagas et affrété par le groupe russe, avait réalisé avec succès un transit entre l’Europe et l’Asie via le passage du Nord-Est. Il s’agit de la première livraison de GNL par cette route arctique et cette initiative ouvre plus largement la perspective du développement du trafic commercial au nord de la Sibérie en hiver, alors que, jusqu'ici, les précédentes tentatives avaient essentiellement eu lieu durant la saison estivale. Après une navigation à vide entre le Japon et l’Europe au moins d’octobre, l’Ob River a chargé 134.000 m3 de gaz naturel liquéfié à Hammerfest, en Norvège, d’où il a appareillé le 7 novembre pour arriver, jeudi dernier, au port japonais de Tobata. Un périple de 6000 kilomètres à travers la mer de Barents, la mer de Kara et le détroit de Dejnev. Durant le transit, le navire de 288 mètres de long et 44 mètres de large, construit en 2007 et conçu pour naviguer en zones polaires (certification Ice Class 1A), a été escorté par trois brise-glaces nucléaires, le Vaygach, une unité de classe Taimyr (150 mètres, 23460 tonnes à pleine charge, 38.000 kW de puissance) et deux bâtiments du type Arktika, les Rossiya et 50 Let Pobedy (148 mètres, 23460 tpc, 55.125 kW).

 

Le méthanier Ob River (© : GAZPROM)

 

Sur l'Ob River durant le transit (© : GAZPROM)

 

Sur l'Ob River durant le transit (© : GAZPROM)

 

Sur l'Ob River durant le transit (© : GAZPROM)

 

Sur l'Ob River durant le transit (© : GAZPROM)

 

Sur l'Ob River durant le transit (© : GAZPROM)

 

Sur l'Ob River durant le transit (© : GAZPROM)

 

Selon Gazprom, la navigation en mer de Barents et en mer de Kara a été aisée, peu de glaces étant rencontrées, alors que sur la seconde partie du voyage, entre le détroit de Vilkitski  et le détroit de Béring, le convoi a navigué dans une épaisseur de 30 cm de glace jeune. « Ce voyage réussi, accompli en toute sécurité et dans les délais prévus, confirme la viabilité technique et commerciale de la route maritime du nord-est pour le marché du GNL. Il nous permet d’envisager l’utilisation de cette route pour livrer le gaz naturel russe tant dans la région Asie/pacifique qu’en Europe », explique le géant gazier russe. Le passage arctique du Nord-Est aurait, ainsi, permis de réduire de 20 jours le temps de transit entre la Norvège et le Japon, permettant non seulement une économie de temps, mais également de carburant, avec une consommation inférieure de 40%. On notera qu’une équipe d’experts et de scientifiques de l’institut de recherche Krylov et de Sovcomflot était à bord de l’Ob River pour conduire une étude sur la navigation pendant la formation des glaces dans les mers arctiques.

Avec la fonte des glaces, l’Arctique doit, pour de nombreux opérateurs, devenir une alternative aux routes maritimes traditionnelles, notamment celles passant par les canaux de Suez et Panama. C’est le cas pour le passage du Nord-Est, en Russie, mais également le passage du Nord-Ouest, au Canada.

Arctique et Antarctique