Marine Marchande
Un bétailler refusé d'entrer au port de Sète

Actualité

Un bétailler refusé d'entrer au port de Sète

Marine Marchande

Mardi dernier, une opération de contrôle a été menée à l'entrée des eaux territoriales françaises sur le navire bétailler Bruna, battant pavillon comorien, par les forces d'intervention spécialisées de la gendarmerie maritime. Ce bateau, qui avait pour destination Sète, avait été repéré et avait fait l'objet, avant son arrivée à proximité des côtes, d'un arrêté du préfet maritime de Méditerranée. « Il y avait un faisceau d'indices qui indiquait la nécessité d'un contrôle, comme nous en pratiquons régulièrement en mer et à quai », indique la préfecture maritime de la Méditerranée interrogée par Mer et Marine. Un ensemble de moyens plutôt impressionnant a alors été déployé autour du navire suspect : la frégate Surcouf et un hélicoptère Caïman de la marine, la vedette Maury de la gendarmerie maritime et une vedette de la Douane. Ce sont les gendarmes qui ont procédé à l'inspection à bord et au contrôle documentaire.

Deux types d'irrégularités ont été relevées, l'une concernant la liste d'équipage, avec des personnes à bord qui n'avaient pas été déclarées, et une erreur sur la déclaration maritime sanitaire. Deux raisons, dans le double contexte du plan Vigipirate et l'état d'urgence sanitaire, d'empêcher l'entrée du navire dans le port de Sète. Ce qui a été fait par un arrêté du préfet de l'Hérault. Le préfet maritime a, quant à lui, émis un arrêté interdisant le Bruna des eaux territoriales françaises.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Gendarmerie Maritime | Toute l'actualité de cette composante de la Gendarmerie nationale Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française