Nautisme
Un navire remorqué d’office par l’Argonaute

Actualité

Un navire remorqué d’office par l’Argonaute

Nautisme

Le Grasort, un ancien remorqueur de 29 mètres transformé en bateau de plaisance, a été pris en remorque d’office par le bâtiment de soutien, d’assistance et de dépollution Argonaute, alors qu’il se trouvait à la dérive à proximité de la chaussée de Sein, le lundi 1er septembre.

Le navire avait appareillé la veille de Brest. Il a été repéré, dans la matinée de lundi, par le sémaphore de la pointe du Raz qui a constaté qu’il était stoppé au nord-est de l’île de Sein, et qu’il suivait une route erratique, porté par le courant de jusant.

Le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Corsen envoie alors le canot SNSM de l’île de Sein à la rencontre du Grasort. Les sauveteurs parviennent à entrer en contact avec le bateau, mais le commandant leur indique qu’il est effectivement en panne, qu’il n’a besoin d’aucune assistance, et qu’il pourra réparer dans l’heure et demie suivante.

Plusieurs heures plus tard, le Grasort se trouve toujours à la dérive. La marée s’est inversée et le courant le porte vers les rochers de la chaussée de Sein, exposant le navire à un échouement et le littoral à un risque de pollution.

Le préfet maritime de l’Atlantique ordonne alors le déroutement du BSAD Argonaute pour une prise de remorque d’office. Le bateau est secouru alors qu’il se trouvait à moins de 4 km de la chaussée de Sein. Il a été remorqué vers la rade de Brest.

Nos confrères du Télégramme rappellent que c'est la troisième fois en trois mois que le Grasort rencontre des problèmes devant Brest, indiquant qu'il avait été assisté par la Gendarmerie maritime le 31 mai dernier avant d'être aidé par un plaisancier le 29 août, juste avant sa dernière avarie. 

 

(© : MARINE NATIONALE)

(© : MARINE NATIONALE)

Sauvetage et services maritimes