Offshore
Un nouveau projet de parc éolien offshore devant Fécamp

Actualité

Un nouveau projet de parc éolien offshore devant Fécamp

Offshore

Après le projet de parc éolien au large du Calvados, présenté en février, la société WPD Offshore France souhaite implanter des éoliennes au large de Fécamp, en Seine-Maritime. A cet effet, une phase de concertation a été lancée auprès de la population, des comités locaux des pêches et des élus. Le projet de WPD, qui pourrait voir le jour en 2011, porte sur 50 à 60 machines, soit une puissance de 250 à 300 MW. « Ce parc serait distant et peu visible puisque situé à plus de 7 kms de la côte. Voire même à plus de 10 km de la côte suivant le résultat de la concertation. Lorsque le temps le permettra, il arrivera qu'apparaisse à l'horizon, comme des têtes d'épingle, les éoliennes. Le parc serait en outre très éloigné d'Etretat, à plus de 12 km », souligne l'entreprise, qui précise que l'investissement nécessaire serait de l'ordre de 600 à 800 millions d'euros. Selon elle, le parc des Hautes Falaises pourrait assurer, hors chauffage, la consommation électrique de la moitié des foyers seino-marins. Une énergie propre et 100% locale. Outre l'aspect environnemental, WPD met en avant les retombées économiques pour la région.

 (©  WPD)
(© WPD)

« Un tel investissement a toujours des retombées locales positives. On pense bien sûr à la phase de travaux mais aussi aux activités de surveillance et de maintenance qui nécessiteront une vigilance 7 jours sur 7. La taxe générée (entre 3 et 3,6 millions d'euros / an) sera un complément de taille que se partageront moitié / moitié les communes limitrophes et le fonds maritime créé à cette occasion. Enfin il n'est pas rare dans les parcs du Nord que ces éoliennes offshore deviennent de véritables attractions touristiques. Bateaux restaurants et régates ont vite adopté ces nouveaux espaces ».
Reste la problématique des pêcheurs, qui voient souvent dans l'installation de parcs éoliens en mer et la réduction des zones de pêches. Selon DPW : « Tout sera fait pour que le monde de la pêche s'y retrouve. Etant donné l'espacement entre les éoliennes (800m au minimum), tout porte à croire que casiers, filets fixes ou lignes ainsi que la circulation seraient également autorisés dans le parc. Ensuite, la période de concertation qui commence permettra de travailler, notamment avec la pêche, sur l'emplacement et la forme du parc à retenir. De plus, on peut noter que les centaines d'études menées sur les parcs danois et anglais concluent dans leur grande majorité à l'absence d'impact sur le monde marin et les oiseaux. Il a même été constaté un développement de la vie dans les enrochements au pied des éoliennes ». Comme dans le Calvados, un fond maritime, à destination des pêcheurs serait abondé à hauteur de 1.5 à 1.8 millions d'euros par an.
Les projets éoliens en mer se démultipliant dans le cadre des plans gouvernementaux et européens de développement des énergies renouvelables, une charte entre comité régionaux des pêches et développeurs est en cours de définition. A l'initiative du Syndicat des Energies Renouvelables, l'élaboration de la charte a été confiée au Comité National des Pêches et aux différentes entreprises du secteur, comme WPD ou la Compagnie du Vent.
WPD Offshore France est une filiale du groupe WPD, basé à Brême. Ce dernier a déjà implanté plus de 1000 éoliennes dans le monde et dispose de 1000 MW de permis de construire en mer. WPD construira notamment, l'an prochain, le premier parc éolien offshore allemand.