Marine Marchande
Un nouveau remorqueur de sauvetage à La Rochelle ?

Actualité

Un nouveau remorqueur de sauvetage à La Rochelle ?

Marine Marchande

C'est une première étape dans le remplacement de l'Abeille Languedoc, qui a quitté sa station de La Rochelle en septembre dernier pour rejoindre le Pas-de-Calais. Dans un courrier adressé le 12 janvier dernier au député Gilbert Le Bris, Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Ecologie et des Transports, se dit favorable au positionnement d'un remorqueur de sauvetage de service public à La Rochelle.
"Le ministère de la Défense étudie la possibilité de replacer à La Rochelle un navire mixte de type supply qui assurerait à la fois les missions de l'Abeille Languedoc et celles de la direction générale de l'armement pour le centre d'essais des Landes. J'ai indiqué à Gérard Longuet, ministre de la Défense, mon accord sur cette solution". Les réflexions ministérielles semblent donc s'orienter vers les propositions formulées en septembre dernier par l'amiral de Saint-Salvy, alors préfet maritime de l'Atlantique. Dans une lettre adressée au gouvernement, il avait précisé que pour pallier au départ de l'Abeille Languedoc "sans alourdir à l'excès le coût de cette protection, la mutualisation de cette fonction avec les besoins du Centre d'Essais des Landes de la Délégation générale de l'Armement paraîtrait une solution intéressante". La DGA affrète depuis l'automne 2010 le JIF Xplorer, de la compagnie Jifmar. Cet ancien thonier-senneur sétois, largement remanié par son nouvel armateur, est chargé de la récupération en mer des engins mis en oeuvre au CEL. Le navire est actuellement basé à Bayonne. "Le remplacement de ce navire par un navire de type Argonaute ( NDLR L'Argonaute, de l'armement Bourbon, est un bâtiment de soutien et d'assistance à la dépollution, affrété par la Marine, actuellement en station à Brest. En plus de ces capacités de récupération de la pollution, il dispose d'une capacité de remorquage de 132 tonnes), devrait permettre d'assurer sans difficulté les missions au profit du CEL et possède par ailleurs une capacité de remorquage significative", avait précisé l'amiral de Saint Salvy.
Reste que la lettre de la ministre ne comporte pas de décision formelle, ni de date. Le contrat d'affrètement du JIF Xplorer, signé fin 2010, est d'une durée de quatre ans. Et l'affrètement d'un nouveau moyen de sauvetage va forcément passer par un appel d'offres. La balle est désormais dans le camp du ministère de la Défense.

Sécurité maritime