Divers
Un nouveau service commun de sauvetage  aéro-maritime en Polynésie

Actualité

Un nouveau service commun de sauvetage aéro-maritime en Polynésie

Divers

La Polynésie vient de se doter d’un nouveau centre de sauvetage aéro-maritime, réunissant les prérogatives maritimes du MRCC de Papeete avec celle de l'ARCC (Aeronautical  Rescue Coordination Center) de l’aviation civile. Le nouveau JRCC (Joint Rescue Coordination Center) est directement placé sous l’autorité du Haut-Commissaire de la République.

L’idée portée par cette réforme est de valoriser et de renforcer les synergies qui existaient déjà lorsqu’il était nécessaire d’organiser des recherches et des secours en mer ou dans les airs. En effet, le MRCC et le service d’Etat de l’aviation civile mobilisent les mêmes moyens d’interventions et sont compétents sur les mêmes zones maritimes ou aériennes. Auparavant, la phase de recherche d'un aéronef relevait de la responsabilité de l'ARCC, puis, s’il était localisé en mer, la phase de sauvetage relevait de la responsabilité du MRCC.

Mutualisation des moyens

Près de 99% de la surface sur laquelle s’exerce la compétence du service d’Etat de l’aviation civile est maritime, soit 12,5 millions de km² et elle est la même que celle sur laquelle intervenait l’ancien MRCC. Les Etats voisins de la France dans le Pacifique sud sont pour la plupart organisés en JRCC (Auckland en Nouvelle-Zélande, Canberra en Australie, Honolulu et Alameda aux USA et Tokyo au Japon).

Dorénavant, avec le JRCC, les phases de recherche et de sauvetage vont relever  du même centre de coordination, évitant ainsi le risque de rupture dans le suivi de la situation de crise

 Le JRCC aura donc pour mission la veille des canaux de détresse maritime et coordination des opérations de recherche et sauvetage en mer,  l’élaboration et diffusion des renseignements sur la sécurité et la sûreté maritimes, la coordination du recueil des informations sur les pollutions maritimes, la surveillance de la navigation et  la coordination, au sein du Centre maritime commun, des opérations de surveillance des pêches.

Il est toujours joignable sur le canal 16.