Construction Navale
Un paquebot de 135.000 tonneaux comme on ne l'avait jamais vu

Actualité

Un paquebot de 135.000 tonneaux comme on ne l'avait jamais vu

Construction Navale

Show lumineux, cornemuse, bombarde et orchestre, en pleine nuit et au fond d'une cale sèche... Mercredi soir, juste avant la mise en eau de la forme de construction d'Aker Yards, le MSC Fantasia a été dévoilé. L'occasion de découvrir, grâce à un éclairage unique, la carène du nouveau fleuron de l'industrie navale française. Illuminé depuis les quais, le navire, voulu par la compagnie MSC Cruises comme « le plus beau du monde », a révélé ses lignes au fil de la disparition d'un voile de fumée. A la poupe, les deux impressionnantes hélices bénéficiaient d'un éclairage bleuté plongeant la forme dans une atmosphère très particulière. Pour un peu, on se serait cru à l'arrière d'un géant imaginé par Jules Verne, à ceci près que le navire ne sera pas baptisé Nautilus et que le futur capitaine ne s'appellera pas Némo mais Ponti.
La cérémonie, à laquelle ont participé environ 200 invités de l'armateur, MSC Croisières, a permis de prendre conscience des dimensions du paquebot. Assurément, le « A33 », comme on l'appelle aux ex-Chantiers de l'Atlantique, est un géant. A peine plus petit que le Queen Mary 2, le navire de 333 mètres de long et 38 mètres de large affiche une jauge de 135.000 tonneaux, ce qui en fait le plus gros paquebot jamais commandé par un groupe européen. Mis à flot hier, le MSC Fantasia doit rejoindre cet après-midi le bassin C, où 2000 personnes vont désormais s'activer pour lui permettre d'être opérationnel en décembre prochain. Construit par Aker Yards Saint-Nazaire pour le compte de la compagnie italienne MSC Cruises, filiale du géant suisse Mediterranean Shipping Company, le Fantasia sera suivi, en juin 2009, d'un sistership, le Splendida. En cours de montage et déjà bien avancé, ce dernier viendra prochainement prendre la place de son aîné dans la forme profonde du chantier. Les deux navires représentent un investissement de 1.1 milliard d'euros.

Un navire géant et novateur

Les moteurs du Fantasia développeront une puissance de 40 MW, ce qui lui permettra de filer 23.3 noeuds, tout en limitant les émissions polluantes et le gaspillage énergergétique. En effet, avec 65.000 luminaires à bord, la réduction de la consommation est une priorité. Selon Pierfrancesco Vago, président de MSC Cruises : « Nous avons conçu avec Aker Yards des solutions plus respectueuses de l'environnement. Ainsi, en matière d'économies d'énergie, la consommation sera réduite, en moyenne, de 30% dans les cabines et 20% dans les espaces publics. De nouvelles peintures, plus écologiques, sont utilisées. Grâce à un système perfectionné de retraitement, aucune eau grise ou noire n'est rejetée à la mer. Nous avons également mis en place un programme de recyclage de l'aluminium ».
Côté logement, le futur MSC Fantasia disposera de 1235 cabines pour l'équipage et 1637 cabines pour les croisiéristes, dont 1135 seront dotées d'un balcon. On notera d'ailleurs que les cabines standards seront particulièrement spacieuses, avec une surface au sol de 20 m².
Impressionnant, le bateau comptera 26 ascenseurs desservant 17 ponts et 27.000 m² d'espaces publics, dont 6000 m² de restaurants. Alors que le Spa s'étalera sur 1500 m², l'une des quatre piscines sera couverte et les passagers auront à leur disposition 12 bains à remous. Nouveauté chez MSC Cruises, le simulateur de Formule 1, très prisé chez sa concurrente Costa, fera son apparition, alors que le Fantasia proposera un nouvel équipement, le cinéma en 4 dimensions. Le théâtre du bord sera le plus imposant jamais réalisé sur un paquebot sorti des chantiers nazairien, avec une capacité de 1700 places.

L'armateur veut « le plus beau paquebot du monde »

Pour la première fois sur un bateau de la compagnie, le Fantasia disposera d'une zone VIP, le MCS Yacht Club. Cet espace comprendra 99 suites, dont la surface pourra atteindre 65 m². Il proposera des services et équipements privatifs : Conciergerie, majordome, solarium, piscine avec dôme transparent, salon panoramique et ascenseur privé avec accès direct au Spa. Si l'armateur italien souhaite, avec un niveau hôtelier « 6 étoiles », attirer une clientèle aisée, il n'est pas question, pour lui, d'opposer ce lieu privilégié au reste du bateau et des passagers : « Le MSC Yacht Club est situé à l'avant, sur les ponts supérieurs. Il n'y a jamais d'interaction entre la zone VIP et le reste du navire. Les autres passagers ne se rendent même pas compte que cet espace existe », explique Pierfrancesco Vago. Le président de MSC Cruises assure également que, malgré sa taille et une capacité de 3959 passagers, le bateau ne sera pas oppressant : « Le Fantasia a été conçu pour ne pas ressentir l'impression de grandeur. Chaque espace est bien séparé et fait pour être intimiste. Le bateau procurera une atmosphère et une ambiance différentes à chaque endroit ». Quand il parle de son futur navire, Pierfrancesco Vago n'y va pas par quatre chemins. « Ce sera le plus beau paquebot du monde », martèle-t-il. Et, devant certaines mines amusées par ce qui ressemble à un discours promotionnel difficilement vérifiable, il s'explique : « Ce navire sera en lui-même une destination, tout comme on fait une croisière pour les escales. Et quand je dis que ce sera le plus beau paquebot du monde, c'est que nous avons mis les matériaux et la qualité nécessaires pour répondre à cette ambition ». De fait, le film en images de synthèse présenté pour la première fois mercredi sur ce que sera l'intérieur du Fantasia a de quoi impressionner. Salons très cosy, grandes baies vitrées, escalier monumental en marbre noir, vaste Spa, sobriété mais élégance au niveau du choix des couleurs et des matières... Pour reprendre les termes d'un ingénieur des chantiers : « On a vraiment tous les ingrédients pour faire un très beau bateau ». La réalité sera-t-elle à la hauteur de la visite virtuelle ? Réponse au mois de décembre.

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France) MSC Cruises