Croisières et Voyages
Mystic s'offre son premier paquebot grâce à la liquidation de CMV

Actualité

Mystic s'offre son premier paquebot grâce à la liquidation de CMV

Croisières et Voyages

La compagnie britannique Cruise & Maritime Voyages, plus gros opérateur à la croisière ayant à ce jour fait faillite, voit ses paquebots vendus aux enchères. Une première unité, le Vasco da Gama, a été adjugé à un repreneur, en l’occurrence la compagnie portugaise Mystic Cruises. Celle-ci s’offre ainsi le plus récent navire de la défunte CMV, dont la liquidation a été prononcée cet été.

Premier des quatre paquebots de la S Class d’Holland America Line, l’ancien Statendam est sorti en 1993 du chantier Fincantieri de Monfalcone, en Italie. Long de 219 mètres pour une jauge de 55.400 GT et une capacité de 1260 passagers, il était passé en 2015 chez P&O Cruises Australia, filiale comme HAL du groupe américain Carnival. Il y avait navigué sous le nom de Pacific Eden avec l’un de ses jumeaux, l’ex-Ryndam (renommé Pacific Aria) qui devait normalement être cédé en 2021 à CMV. Celle-ci avait racheté le Pacific Eden en 2019 mais, du fait de la crise sanitaire, l’a exploité moins d’un an.

 

Le Vasco da Gama (© FABIEN MONTREUIL)

Le Vasco da Gama (© FABIEN MONTREUIL)

 

Pour Mystic Cruises, il s’agit d’une belle occasion, mais aussi d’une évolution stratégique importante puisque ce navire est le premier paquebot de la compagnie. Celle-ci est pour mémoire une filiale de Mystic Invest, propriété de l’homme d’affaires portugais Mario Ferreira, qui s’est d’abord positionné sur les croisières fluviales avec la compagnie DouroAzul et l’opérateur allemand Nicko Cruises (racheté en 2015). Puis il s’est lancé dans les croisières maritimes avec une série de navires d’expédition réalisés au chantier WestSea de Viana do Castelo, au nord du Portugal. Pour l’heure, sept unités ont été commandées en vue d’être exploitées au profit de filiales de Mystic Invest, comme Nicko Cruises et surtout Atlas Ocean Voyages, nouvelle compagnie que le groupe lance aux Etats-Unis. Ces navires font aussi l’objet de contrats d’affrètement, comme ce fut le cas avec Quark Expeditions en Antarctique durant l’hiver 2019/2020 pour le World Explorer, qui naviguera en 2021 pour le compte notamment du français Rivages du Monde.

Mis en service à l’été 2019, le World Explorer est le premier de cette série de navires de 126 mètres, 9300 GT et environ 200 passagers. Son premier sistership, le World Voyager, est en achèvement à flot, sa livraison devant normalement intervenir cette année. Le troisième de la classe, le World Navigator, a été mis à l’eau début octobre en vue de faire ses débuts en avril 2021 chez Atlas Ocean Voyages. Celle-ci exploitera également les quatre unités suivantes, livrables normalement d’ici 2023.

 

Le World Explorer (© FABIEN MONTREUIL)

Le World Explorer (© FABIEN MONTREUIL)

 

Il conviendra maintenant de voir comment Mystic compte gérer son nouveau positionnement sur le marché des paquebots de petit gabarit avec l’ajout du Vasco da Gama. Un navire qui pourrait ne pas rester seul puisque la crise du coronavirus ouvre de nombreuses opportunités actuellement. Son sistership, le Pacific Aria (1994), est par exemple toujours en vente, faute d’avoir pu rejoindre CMV comme prévu. Pour mémoire, les deux autres S Class, qui étaient encore exploités chez Holland America, ont été vendus cet été. Le Maasdam (1993) et le Veendam (1996) ont été acquis par la compagnie grecque Seajets, qui les a renommés Aegean Myth et Aegean Majesty.

Quant au reste de la flotte de CMV, qui a fait naufrage avec sa maison-mère (l’armateur grec Global Maritime Group) et ses filiales Transocean (Allemagne) et Croisières Maritimes et Voyages (France), quatre autres de ses paquebots sont encore concernés par la procédure de mise aux enchères initiée dans le cadre de la procédure de liquidation. Une vente qui n’est pas publique, les offres devant être remises par les repreneurs potentiels sous plis scellés, l’attribution revenant au plus offrant. Selon les navires, les propositions doivent être déposées entre le 8 et le 22 octobre.  

Ces quatre derniers paquebots sont le vénérable Marco Polo, navire de 176 mètres, 22.000 GT et d’une capacité de 820 passagers datant de 1965, le Magellan (1985, 222 mètres, 46.000 GT, 1450 passagers), l’Astor (1987, 20.700 GT, 650 passagers) et le Columbus (1988, 247 mètres, 63.500 GT, 1800 passagers). Soit ces navires trouvent repreneur, soit ils seront vendus à la démolition.

 

 

L'Astoria (© FABIEN MONTREUIL)

L'Astoria (© FABIEN MONTREUIL)

 

L’Astoria (1948, 160 mètres, 12.200 GT, 390 passagers) n’est pas concerné par cette opération puisque ce paquebot n’appartenait pas à CMV. Propriété des banques créancières de la défunte compagnie portugaise Portuscale Cruises, il était affrété depuis 2015 et devait avant la crise être restitué ce mois-ci à l’issue d’une ultime saison aux couleurs de Rivages du Monde, qui le sous-affrétait une partie de l’année à CMV depuis 2016. Le navire est toujours en attente dans le port britannique de Tilbury, où est toujours rassemblée l’ex-flotte de CMV.  

- Voir notre reportage sur le Vasco da Gama

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.