Marine Marchande
Un passager clandestin passe cinq semaines à bord du Pourquoi Pas ?

Actualité

Un passager clandestin passe cinq semaines à bord du Pourquoi Pas ?

Marine Marchande

Le navire océanographique de l'IFREMER, géré par Genavir, est rentré de sa dernière mission avec, à son bord, un homme d'une trentaine d'années, originaire du Nigéria. Ce clandestin est monté sur le bâtiment le 24 août, à l'occasion d'une escale à Dakar, avant d'être découvert une fois en mer. « Beaucoup de bateaux sont dans le cas du Pourquoi Pas ? Les clandestins profitent des escales pour monter à bord et se cachent. L'équipage ne s'est aperçu que deux jours après de sa présence. Comme le bateau effectuait une campagne importante en Atlantique, il n'a pu être débarqué », a expliqué la rédaction de Mer et Marine un responsable de Genavir. Le jeune Nigérian, qui ne parlait pas Français, n'avait, toutefois, pas prévu de passer cinq semaines en mer. Pour éviter tout incident et permettre à la mission de se poursuivre sans problème, le commandant du Pourquoi Pas ? a trouvé une solution. « Il (le passager, ndlr) pensait que ça serait beaucoup plus court et il a fallu l'occuper. On a trouvé cette solution de lui confier quelques petits travaux à faire, sans qu'il participe aux travaux de l'équipage, que ce soit une obligation ou qu'il effectue le travail des marins français. Une indemnisation lui a été proposée. Finalement, ça s'est très bien passé ». L'histoire est arrivée début septembre aux oreilles de Claude Hervy, délégué CGT. Bien que le commandant et l'équipage, en pareil cas, sont bien forcés de trouver des solutions, le responsable syndical n'approuve pas la méthode : « L'homme était employé sans contrat. Imaginez qu'il se soit blessé durant la traversée ! », a-t-il expliqué au Télégramme, qui a relaté l'affaire dans son édition de lundi.
Finalement, le jeune Nigérian a été débarqué à Brest le 5 octobre, au retour de mission du Pourquoi Pas ? Pris en charge par la police aux frontières, il a, selon les informations du quotidien breton, été transféré dans un centre de rétention, à Roissy, d'où il devait être reconduit dans son pays.

IFREMER | Actualité de l'institut de recherche marine