Marine Marchande
Un porte-conteneurs de NYK refoulé du détroit du Pas-de-Calais

Actualité

Un porte-conteneurs de NYK refoulé du détroit du Pas-de-Calais

Marine Marchande

Samedi dernier, alors que la tempête faisait rage en Europe du nord, les autorités françaises et britanniques ont refusé conjointement au porte-conteneurs Antares d'entrer dans le détroit du Pas-de-Calais. Construit en 1997, ce navire de 6214 EVP et 299 mètres de long, appartenant à la compagnie japonaise NYK, avait appareillé de Hambourg, en Allemagne. Il venait de perdre 45 conteneurs en mer du Nord, devant les côtes néerlandaises, lorsqu'il s'est présenté devant la voie descendante du dispositif de séparation du trafic. Ce secteur du DST est géré par la Grande-Bretagne, qui a dépêché des moyens aériens pour se rendre compte de la situation, en coordination avec la marine française. « Nous avons appris, puis constaté, que la cargaison était mal arrimée et qu'il y avait des points de corrosion sur les fixations. Un trou de 15 centimètres de diamètre a, dans le même temps, été observé sur un panneau de cale, alors qu'un conteneur était en équilibre le long du bordé », indique un officier. Les conditions météorologiques en Manche étant très mauvaises, avec une forte mer et des rafales à 40 noeuds, les gardes-côtes britanniques ont refusé l'accès du détroit au NYK Antares.

51 conteneurs à la mer

Dans le même temps, les autorités françaises ont signifié au navire qu'il ne pouvait pas se rendre au Havre, où il devait escaler, mais devait rejoindre au plus vite un port refuge. « Il était hors de question de voir ce porte-conteneurs arriver en Manche et perdre sa cargaison au fil de sa progression ». Le porte-conteneurs a finalement rejoint Rotterdam, d'où il est reparti hier après-midi. Les garde-côtes anglais l'avaient mis en demeure de fournir un plan de chargement acceptable et de faire vérifier, par un expert et sa société de classification, sa cargaison, l'intégrité de sa coque et l'état du système d'arrimage.
Avant son arrivée dans le port néerlandais, le NYK Antares semble avoir perdu 5 autres boites. Cela porterait à 51 le nombre total de conteneurs tombés à la mer, soit autant de risques de collision pour les autres bateaux. Le remorqueur néerlandais Waker avait été dépêché pour récupérer ces conteneurs mais les moyens aériens allemands chargés de les localiser n'ont rien pu détecter, en raison d'une mer trop mauvaise.

Accidents, pollutions