Défense
Un projet de corvettes franco-italiennes pour remplacer les Floréal et Commandanti
ABONNÉS

Actualité

Un projet de corvettes franco-italiennes pour remplacer les Floréal et Commandanti

Défense

Des discussions sont en cours entre la France et l’Italie en vue de développer en commun une nouvelle corvette. Un projet porté par Naval Group et Fincantieri dans le cadre de leur nouvelle alliance, qui va se matérialiser par la création d’une joint-venture dans les mois qui viennent. « Lee segment des corvettes constitue un marché très attractif. Nous avons des discussions avec Fincantieri et les deux Etats sur ce projet, dans le cadre de la préparation du portefeuille de futurs produits de notre JV. Nous lançons l’idée d’une future corvette européenne sur une base franco-italienne mais autour de laquelle d’autres pays pourront nous rejoindre, notamment dans le cadre de la Coopération Structurée Permanente », explique Hervé Guillou, président de Naval Group.

 

Corvette italienne du type Commandanti 

Corvette italienne du type Commandanti (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

L’objectif est désormais de préparer un programme de succession des six frégates de surveillance du type Floréal (93 mètres, 2950 tonnes en charge) de la Marine nationale, mises en service entre 1992 et 1994, et des quatre corvettes italiennes du type Commandanti (88 mètres, 1250 tpc), opérationnelles depuis 2004. Cela, par une série de bâtiments hauturiers de plus de 3000 tonnes plus ou moins équipés selon les besoins des clients. Dans cette perspective, un premier cadrage d’états-majors entre la France et l’Italie est attendu à la fin de cette année.

Bien que plus récents, les Commandanti devraient être remplacés en premier, à partir de 2027. Côté français, la succession des Floréal est plutôt prévue à compter de 2030.

 

Vue des futures corvettes qataries 

Vue des futures corvettes qataries (© : FINCANTIERI)

 

Concernant le design de la plateforme, il devrait évidemment y avoir des discussions assez sérieuses entre Naval Group et Fincantieri, qui ont déjà, chacun, des modèles récents de corvettes en cours de commercialisation (et concurrents). Côté italien, on semble pousser un modèle basé sur celui vendu au Qatar. Une perspective jugée « fantaisiste » par les français.

 

Corvette du typoe Gowind 

Corvette du typoe Gowind (© : NAVAL GROUP)

 

Il faut dire que l’industriel français a lui aussi des fers au feu avec sa gamme Gowind, et semble même préparer une seconde génération de cette plateforme, la Gowind 2.0. Selon nos informations, celle-ci serait « FDIsée », c’est-à-dire qu’elle intègrerait un certain nombre de caractéristiques des futures frégates de défense et d’intervention, avec notamment une étrave légèrement inversée et une mâture intégrée capable d’accueillir un radar plaques comme le SeaFire des FDI.

Pour la flotte française, l’idée de remplacer les frégates de surveillance par des corvettes peut en tous cas présenter un vrai intérêt opérationnel, à l’heure où les zones de crise se multiplient et que le spectre de combats de haute intensité en haute mer refait surface. Mêmes dans les territoires ultramarins, où les Floréal sont basées, la possibilité de pouvoir disposer de navires dotés de puissants moyens de surveillance et d’un armement qui ne se limite pas à de l’artillerie ne serait pas un luxe.

Marine nationale marine italienne Naval Group (ex-DCNS) Fincantieri