Défense
Un quatrième Hawkeye pour la marine ?

Actualité

Un quatrième Hawkeye pour la marine ?

Défense

La marine française étudie actuellement la possibilité d'acquérir un avion de guet aérien supplémentaire. Deux appareils américains Hawkeye avaient été livrés en 1999 et un troisième en 2004, constituant la flottille 4F. Or, entre les périodes de maintenance et d'entraînement, il apparaît nécessaire de disposer d'un quatrième avion, afin que deux soient en permanence disponibles pour être embarqués sur porte-avions. L'US Navy, qui alignait 68 appareils en 2005, pourrait se séparer de certains d'entre-eux, une opportunité qui pourrait être d'autant plus intéressante que l'Euro reste très fort par rapport au Dollar. Aucune décision n'a encore été prise, indique-t-on toutefois de source militaire. Si achat il y a, le quatrième Hawkeye pourrait aussi bien être un appareil à un standard récent, ce qui permettrait de disposer d'une réserve, ou bien un avion moins évolué dédié simplement aux entraînements des pilotes. Présent au salon du Bourget, Northrop Grumman, fabricant du Hawkeye, ne devrait pas manquer de faire valoir son avion à l'armée française, notamment son dernier standard, le 2D.

La flottille 4F au standard 2000

En attendant d'être éventuellement renforcée, la flottille 4F, basée à Lann Bihoué (Morbihan) sera bientôt intégralement équipée d'Hawkeye 2000. Le H2, actuellement en cours de « retrofit », sera porté à ce standard, comme les H1 et H3, embarqués sur le Charles de Gaulle pendant son déploiement en océan Indien. L'appareil recevra notamment une liaison « voice » par satellite, avec une antenne fleetsatcom. Celle-ci permettra, par exemple, d'avoir une communication directe, via satellite, entre l'avion et l'état-major en France. Les liaisons de données restent, en revanche, dépendantes de relais, qu'il s'agisse de navires ou de stations au sol, qui transforment et répercutent les données radio transmises par le Hawkeye (via la L16). C'est notamment ce qui s'est passé en Afghanistan, avec le concours d'une station terrestre Syracuse, permettant à la France de conserver son indépendance, tout en étant interopérable avec les forces alliées.
Le H2, tout comme les deux autres Hawkeye français, recevra par ailleurs des hélices octopales, remplaçant les hélices à quatre pales dont il était initialement équipé.
D'une envergure de 24.6 mètres pour une longueur de 17.5 mètres et une masse de 23.8 tonnes, le Hawkeye dispose d'une autonomie de 1540 nautiques (plus de 6 heures de vol). Embarqué sur le Charles de Gaulle, il est également prévu pour le second porte-avions, dont la livraison est attendue en 2014.
_______________________________________________

- Voir notre reportage photo sur le pont d'envol du Charles de Gaulle

Aéronautique navale | Toute l'actualité des aéronefs et flottilles de la marine Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française