Histoire Navale
Un roman sur l’ancien croiseur Mulhouse

Culture

Un roman sur l’ancien croiseur Mulhouse

Article gratuit
Histoire Navale

Fabien Reymann a récemment publié aux éditions Edilivre le roman « Deux vies sur mer », dédié à l’histoire du Mulhouse, ancien croiseur allemand cédé en 1920 à la marine française au titre des dommages de guerre. Construit à Brême sous le nom de Stralsund, ce bâtiment de 136 mètres et plus de 4500 tonnes était armé par un équipage de 350 marins. Il pouvait atteindre la vitesse de 28 nœuds. Son armement principal consistait en des canons de 105 mm, auxquels s’ajoutaient notamment des tubes lance-torpilles.

Mis en service fin 1912, ce croiseur léger traverse la première guerre mondiale mais en dehors de quelques escarmouches, son activité, tout comme globalement celle de la flotte de surface impériale après la bataille du Jutland, en 1916, est limitée. Après cette date, la marine allemande, qui ne peut prendre le dessus sur la Grand Fleet britannique dans un combat d’escadres, se contente essentiellement de protéger la Baltique. Après l’armistice de novembre 1918, le sort de la superbe et pour l’essentiel intacte Kaiserliche Marine, et plus particulièrement les cuirassés et croiseurs de bataille de la flotte de haute mer (Hochseeflotte), est un enjeu important entre les Alliés. Mais pour éviter de finir entre les mains des vainqueurs de la guerre, l’essentiel de la flotte de ligne allemande, internée dans la base écossaise de Scapa Flow, se saborde en juin 2019.

Il ne reste alors aucun grand bâtiment allemand digne d’intérêt pour les dommages de guerre, et un nombre limité d’autres unités de surface. Il y a encore, cependant, quelques beaux croiseurs modernes, comme le Stralsund et le Regensburg (encore plus récent puisque datant de 1915), que la France s’adjuge. Le second est rebaptisé Strasbourg et sert dans la flotte française jusqu’en 1936, le premier prenant le nom de Mulhouse et, après avoir été l’un des bâtiments les plus prestigieux de l’escadre de Brest, finit par vieillir et est comme son ancien compatriote allemand est remplacé par des croiseurs. Le Mulhouse est désarmé en 1933 et, à l'instar du Strasbourg, finira coulé en rade de Lorient.

C’est l’histoire de ce bâtiment, le Stralsund devenu Mulhouse, que Fabien Reymann raconte dans son livre « Deux vies sur mer ». Mais pour traiter le sujet, ce Mulhousien passionné, réserviste de la Marine nationale, a choisi une approche originale. Ce n’est pas lui qui raconte mais le bateau qui fait lui-même le récit de sa vie. « Au début, je souhaitais rédiger un ouvrage historique en enrichissant mon récit avec des témoignages. Cinq années de recherche ont été nécessaires avant de pouvoir retranscrire le contexte et la sensibilité de l’époque. Je me suis appuyé sur des parutions de l’Ouest Éclair, La France de l’Est ainsi que L’Alsace afin de faire découvrir une histoire, des histoires, celles de toutes ces personnes qui un jour ont croisé la route du croiseur Mulhouse. Et puis, un jour où j’en ai décidé autrement… Les légendes évoquent souvent ce lien d’affection que tous les marins tissent avec leur bateau, mais qu’en est-il de l’âme du bateau ? C’est donc le croiseur Mulhouse qui va raconter sa vie de la mer du nord dans cette Allemagne guerrière et conquérante à la reddition de 1918 en passant par la découverte d’un nouveau monde. La Méditerranée, cette grande bleue qui colore les rêves, les horizons lointains, les tempêtes, la vie des marins… »

A noter qu'en cette période de confinement, Edilivres a accepté d'offrir cette semaine la consultation de ce roman (commande gratuite en PDF sur le site Internet de l'éditeur