Défense
Un SNLE britannique rentre au port après un problème de propulsion

Actualité

Un SNLE britannique rentre au port après un problème de propulsion

Défense

L'un des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de la Royal Navy a été contraint de regagner sa base de Faslane, en Ecosse, après que sa pompe-hélice eut été bloquée par un corps étranger. L'incident se serait produit le 31 mars, alors que le HMS Vengeance participait à un exercice au large des côtes britanniques. Pour une raison encore indéterminée, un objet est entré dans la tuyère du bâtiment, bloquant la propulsion principale. D'après la Royal Navy, qui a confirmé l'incident, aucun blessé n'est à déplorer et la sûreté nucléaire du SNLE n'est pas menacée. Un porte-parole de l'amirauté a indiqué qu'il avait été décidé un retour au port pour réparer. Le HMS Vengeance a donc regagné Faslane à petite vitesse, utilisant très probablement ses propulseurs auxiliaires rétractables.
Dernier des quatre SNLE du type Vanguard, le HMS Vengeance est entré en service en 1999. Long de 149.8 mètres pour un déplacement de 15.850 tonnes en plongée, ce sous-marin, armé par un équipage de 135 hommes, est doté de 16 missiles balistiques Trident 2 D-5 et, pour son autodéfense, de 16 torpilles Spearfish tirées depuis quatre tubes de 533mm.

Royal Navy | Actualité des forces navales britanniques