Défense
Un sous-marin britannique s'est bien pris dans le chalut du Karen

Actualité

Un sous-marin britannique s'est bien pris dans le chalut du Karen

Défense

L’information est parue lundi dans le Western Morning News, journal de Cornouailles anglaise : le ministère britannique de la Défense (MOD) vient d’admettre qu’un sous-marin de la Royal Navy est bien responsable de l’accrochage du Karen, un chalutier irlandais, dont les quatre membres d’équipage avaient échappé de peu au naufrage en avril dernier, en mer d’Irlande.

De fortes suspicions pesaient sur l’implication d’un submersible, notamment anglais, la croche ayant eu lieu durant Joint Warrior, un exercice militaire impliquant 15 nations de l’OTAN sous contrôle de la Royal Navy. Mais la marine britannique avait nié.

Les regrets de la ministre

La suspicion est néanmoins devenue information officielle. « La Royal Navy a désormais confirmé qu’un sous-marin du Royaume-Uni est, en fait, responsable de la croche dans les filets du Karen », a admis Penny Mordaunt. Nommée en mai dernier, la ministre britannique de la Défense dit « regretter profondément cet incident ainsi que le délai d’identification et d’information de ces faits et de leurs conséquences ». Et de préciser que « la politique du ministère n’est pas de commenter dans le détail ses opérations sous-marines mais, qu’exceptionnellement, (elle pouvait) dire que cet incident a eu lieu après que le sous-marin n’a pas correctement identifié le Karen comme étant un bateau de pêche traînant son filet en mer et, en conséquence, ne lui a pas laissé l’espace de navigation nécessaire ». Le MOD ajoute : « Si le sous-marin avait eu conscience de cet incident, le protocole en vigueur aurait exigé que le sous-marin fasse surface et reste sur zone pour le constat des faits ».

 

L'épave du Bugaled Breizh (© LE TELEGRAMME)

L'épave du Bugaled Breizh (© LE TELEGRAMME)

 

Quel impact sur l’enquête du Bugaled en Angleterre ?

Ce mea culpa des autorités britanniques prend une résonance particulière pour les proches des victimes du Bugaled Breizh, chalutier bigouden qui sombra en Manche le 15 ­janvier 2004 dans une zone d’exercices militaires de l’OTAN incluant des sous-marins.  En effet, si la justice française a rejeté l’hypothèse de l’implication du sous-marin anglais le HMS Turbulent, certaines parties civiles restent convaincues qu’il s’agit du suspect nº1 dans le naufrage qui fît trois morts et deux disparus.

Une conviction que les proches du Bugaled vont porter devant le tribunal de Truro qui s’est saisi du dossier Bugaled Outre-Manche. L’Inquest, l’enquête judiciaire anglaise, doit se tenir ces prochains mois et prévoit plusieurs auditions de militaires de la Royal Navy. Les révélations de l’affaire du Karen, qui créent un gros émoi dans la communauté maritime britannique, pourraient s’inviter dans la procédure du Bugaled, les parties civiles estimant, qu’ici aussi, les Anglais cachent la vérité.

 

Cliquez sur l'aperçu pour ouvrir la frise
Cliquez sur l'aperçu pour ouvrir la frise

 


Un article de la rédaction du Télégramme