Offshore
Un terminal GNL offshore installé au large de Livourne

Actualité

Un terminal GNL offshore installé au large de Livourne

Offshore

La première unité flottante de stockage et de regazéification de GNL installée en pleine mer a été positionnée en août au large de Livourne, en Italie. Ancien méthanier reconverti en FSRU (Floating, storage and re-gasification unit), l’ex-Golar Frost, devenu le FSRU Livorno, appartenait à l’armateur norvégien Golar LNG. Celui-ci l’a vendu (avant 2008) pour 160 millions d’euros à OLT Offshore LNG Toscana, consortium chargé du développement du terminal gazier offshore de Livourne. Golar LNG en possède d’ailleurs 2.9%, la majorité du capital étant détenue par les groupes IREN et E.ON (47.79% chacun), auxquels s’ajoute OLT Energy Toscana (3.73%).  

 

 

Le FSRU Livorno au chantier Drydock World de Dubaï (© SAIPEM)

Le FSRU Livorno au chantier Drydock World de Dubaï (© SAIPEM)

 

 

Un long remorquage après une transformation à Dubaï

 

 

La transformation du Golar Frost, construit en 2004 et doté de quatre cuves sphériques de type Moss, a été confiée à Saipem. Le navire a été converti pour un coût estimé à une centaine de millions de dollars par le chantier Drydock World de Dubaï. A l’issue des travaux, le FSRU Livorno a été pris en charge par deux remorqueurs de Fairmount Marine, une filiale de Louis Dreyfus Armateurs. Les Fairmount Summit et Fairmount Alpine l’ont d’abord tracté via le canal de Suez jusqu’à Malte, où les derniers équipements nécessaires à sa nouvelle fonction ont été installés. Le convoi a ensuite repris sa route vers Livourne. Une fois sur place, les remorqueurs ont participé aux opérations d’amarrage du FSRU sur six ancres pré-positionnées. Doté à la proue d’une tour d’amarrage sur la base de laquelle s’effectue la rotation du navire en fonction des vents et courants, et dans laquelle passe une conduite de gaz, l’unité flottante se trouve désormais à 12 milles au large du port italien, la profondeur d’eau dans cette zone étant d’environ 120 mètres.

 

 

Le FSRU Livorno (© SAIPEM)

Le FSRU Livorno (© SAIPEM)

 

 

Capacité annuelle de regazéification de 3.75 milliards de m3

 

 

Long de 288 mètres pour une largeur de 48 mètres et un port en lourd de 80.000 tonnes, le FSRU Livorno peut stocker 137.500 m3 de gaz naturel liquéfié et présente une capacité de regazéification de 11 millions de m3 par jour, soit 3.75 milliards de m3 par an. Il va faire office de terminal en mer, prenant en charge les cargaisons de GNL de méthaniers d’une capacité de 60.000 à 135.000 m3, qui viendront s’amarrer à couple. Le GNL sera transbordé au moyen de quatre bras, d’une capacité de 12.000 m3 par heure, ce qui signifie qu’il faudra 12 heures seulement pour débarquer la cargaison d’un navire transportant 135.000 m3 de GNL. Sous sa forme liquide, le gaz rejoindra les cuves Moss du FSRU, puis sera ensuite envoyé dans une unité de regazéification dotée de trois vaporisateurs développés par la firme japonaise Kobe Steel et pouvant traiter chacun jusqu’à 150 tonnes de GNL par heure. Le gaz obtenu partira alors dans la conduite transitant par la tour d’amarrage afin de rejoindre la côte au moyen d’un pipeline sous-marin, connecté au réseau de distribution terrestre à Suese, dans la banlieue de Livourne.  Le FSRU Livorno est conçu pour effectuer, en moyenne, un transbordement tous les six jours, les installations étant maintenues entre deux opérations en condition froide grâce à la circulation d’un petit flux de GNL.

 

 

Vue d'un méthanier à couple du FSRU Livorno (© SAIPEM)

Vue d'un méthanier à couple du FSRU Livorno (© SAIPEM)

 

 

Challenge technique

 

 

Ce projet, lancé en 2004, va notamment permettre d’approvisionner en gaz la région Toscane, en évitant les contraintes liées à la construction d’un terminal portuaire, l’un des objectifs étant de réduire les coûts. La nouvelle installation a été développée à partir d’une feuille blanche par le groupe Italien Saipem, ce qui a constitué un challenge technologique pour répondre aux défis liés à l’exploitation en toute sécurité d’une grande unité de traitement de GNL en pleine mer. Il a, notamment, fallu s’assurer que le FSRU pouvait être exploité correctement  en tenant compte des états de mer prévisibles sur la zone, les phases de transbordement avec les méthaniers amarrés à couple étant évidemment très sensibles. Pour cela, un important travail de modélisation a été réalisé, les simulations numériques permettant de valider les options techniques.

 

 

Le FSRU Livorno au chantier Drydock World de Dubaï (© SAIPEM)

Le FSRU Livorno au chantier Drydock World de Dubaï (© SAIPEM)

 

 

Un chantier considérable

 

 

La reconversion de l’ex-Golar Frost a, en définitive, représenté un travail considérable, qui va bien au-delà des parties visibles. En dehors de la tour d’amarrage, des bras de transbordement spécialement conçus pour une utilisation en pleine mer, ou encore de l’unité de regazéification (un module de 2400 tonnes intégré à Dubaï), de nouveaux générateurs, délivrant une puissance de 20 MW, ont par exemple été installés. La plupart des systèmes du navire ont également été modifiés, alors que de nouveaux équipements ont été mis en place (télécommunications, radar, monitoring des vagues…), sans oublier une mise aux normes répondant aux spécifications du réseau italien de distribution de gaz. L’équipe projet de Saïpem était basée en Italie, à San Guiliano, et s’est appuyée sur d’autres centres du groupe pour mener à bien l’ingénierie de ce contrat majeur. L’ingénierie navale et les calculs de fatigue de coque ont, ainsi, été confiés à Moss à Oslo, le design de la partie sous-marine (PLEM, risers, ombilicaux) étant réalisée par les ingénieurs basés sur le site de Fano et celui de la tour d’amarrage par LMC à Londres. Quant aux études de détaillées de la conversion de l’ancien méthanier en FSRU, elles ont été faites à Brest par Sofresid Ouest.   

A l’issue des travaux de raccordement et des différents essais menés sur les systèmes et l’ensemble de l’installation, le FSRU Livorno doit être mis en service dans les prochains mois. 

 

 

Remorquage du FSRU par les Fairmount Summit et Fairmount Alpine (© FAIRMOUNT MARINE)

Remorquage du FSRU par les Fairmount Summit et Fairmount Alpine (© FAIRMOUNT MARINE)