Défense
Un thonier transformé pour repêcher les missiles au large des Landes

Actualité

Un thonier transformé pour repêcher les missiles au large des Landes

Défense

Rebaptisé Jif Xplorer, l'ex-thonier-senneur Jean-Marie Christian V est désormais basé à Bayonne, où il sert à la Direction Générale de l'Armement pour le centre DGA Essais de Missiles. « Nous avions besoin d'un nouveau bateau pour succéder à un ancien navire qui récupérait les engins des essais du centre des Landes. Nous avons confié cette mission à la société Jifmar, à qui le navire est loué », explique-t-on à la DGA. Cette direction du ministère de la Défense réalise là une belle opération, en louant les services d'un bon bateau qui, faute de quotas suffisants, ne pouvait plus être employé à la pêche.
Racheté par Jifmar Offshore Services à l'armement Avallone, de Sète, le thonier de 46 mètres, construit en 1991, a subi d'importants travaux pour être adapté à sa nouvelle fonction. Le chantier a débuté à Sète, sous le contrôle du Bureau Veritas et du Centre de Sécurité des Navires. Les apparaux de pêche ont été notamment retirés, alors que le bateau était mis en conformité avec la réglementation appliquée aux navires de commerce (différente de celle des unités de pêche). L'ex-Jean-Marie Christian V a, ensuite, gagné les chantiers de Passajes, en Espagne, pour poursuivre sa transformation.

Mise à l'eau du sonar Klein 3000 sur le Jif Xplorer (© : JIFMAR OFFSHORE SERVICES)
Mise à l'eau du sonar Klein 3000 sur le Jif Xplorer (© : JIFMAR OFFSHORE SERVICES)

Sonar, DP1, ROV...

Un sonar latéral Klein 3000 a été installé, ce qui fait du Jif Xplorer l'un des rares navires français à mettre en oeuvre cet équipement, également utilisé par l'Ifremer. L'ancien thonier a également reçu un système de positionnement dynamique DP1, mis en place par la société nantaise Sirhena (filiale de DCNS). Cette évolution, qui a consisté à automatiser le fonctionnement des moteurs, a été facilitée par le fait que l'ancien navire de pêche, très manoeuvrant, disposait déjà de propulseurs azimutaux. La certification DP1, délivrée par le BV, permet d'accroître la manoeuvrabilité du Jif Xplorer, qui va réaliser des opérations de relevage mais aussi de mise en oeuvre d'un robot télé-opéré Mohican-2. Ce ROV, conçu par Sub-Atlantic, peut-être utilisé à plusieurs milliers de mètres de profondeur.

Mise à l'eau du ROV Mohican 2 sur le Jif Xplorer (© : JIFMAR OFFSHORE SERVICES)
Mise à l'eau du ROV Mohican 2 sur le Jif Xplorer (© : JIFMAR OFFSHORE SERVICES)

Pour les opérations de relevage et de mise à l'eau, le navire est équipé de 2 grues et d'un portique, installé à la poupe. Armé par 8 membres d'équipage et pouvant accueillir 18 passagers, le Jif Xplorer est exclusivement dédié au soutien des essais menés par l'ancien CELM des Landes. C'est là que la DGA teste, depuis des décennies, les nouveaux missiles des armées françaises, y compris les engins balistiques des sous-marins nucléaires. Le Jif Xplorer remplace l'Aquitaine Explorer (ex-Abeille Supporter, 1975), navire acquis par la DGA en 1986 et dont la gestion a été successivement assurée par Les Abeilles International et NTA/ABC Maritime.

L'Aquitaine Explorer (© : BERNARD PREZELIN - FLOTTES DE COMBAT)
L'Aquitaine Explorer (© : BERNARD PREZELIN - FLOTTES DE COMBAT)

Une seconde vie pour les navires de pêche inutilisés

Avec la réduction des quotas de pêche, de nombreux thoniers français n'ont désormais plus d'activité. Ainsi, cette année, seuls 13 des 22 thoniers-senneurs reprendraient la mer. Face à cette situation, plusieurs projets sont en cours, en vue de réutiliser ces grands navires de pêche, généralement peu âgés, robustes et très marins. Ainsi, le service des Phares et Balises s'intéresse à deux thoniers qui devraient être transformés en baliseurs et remplacer, à moindres frais, des unités vieillissantes. La reconversion de ces bateaux constitue donc une belle opportunité, à l'image de ce que Jifmar a fait avec le Jean-Marie Christian V. « Ce navire est bien dessiné, a été bien construit et a toujours été entretenu. La base est donc très saine. De plus, l'armement Avallone, qui a toujours été très innovant, avait retenu une propulsion azimutale pour ce thonier. Grâce à ce choix, il a été facile de le doter d'un système DP1 et donc de répondre aux exigence de sa nouvelle mission », explique-t-on chez Jifmar Offshore Services.

Le multicat Roxane Z de Jifmar (© : JIFMAR OFFSHORE SERVICES)
Le multicat Roxane Z de Jifmar (© : JIFMAR OFFSHORE SERVICES)

Un « pas de géant » pour Jifmar

Chez Jifmar Offshore Services, l'entrée en flotte de ce cinquième navire, bien plus grand que les multicats de la société marseillaise, représente une évolution importante. « Pour nous, cela constitue un pas de géant, car nous passons de 20 mètres à 46 mètres, tout en élargissant nos compétences. Nous avons désormais des officiers C1 aux côtés de nos capitaines 500. Pour faire fonctionner ce bateau, nous intégrons également des ingénieurs, des plongeurs, des pilotes de ROV... C'est une aventure passionnante car il faut conjuguer les talents pour mener à bien le projet ». Pour emporter ce marché pluriannuel avec la DGA, la compagnie a dû faire preuve de réactivité. « Ce projet a été mené en un temps record, grâce à la mobilisation de tous nos partenaires », se félicite-t-on chez Jifmar.
Implantée à Marseille, la société a été créée en 2005. Depuis, elle a connu une belle évolution, avec la mise en service d'un nouveau navire tous les ans. Spécialisées dans les travaux maritimes et portuaires, Jifmar mène, par exemple, des opérations de relevage, de renflouement, d'assistance aux projets ou d'Inspection Maintenance et Réparation (IMR). La compagnie compte aujourd'hui 37 salariés, dont 26 marins.

Le Jif Xplorer (© : JIFMAR OFFSHORE SERVICES)
Le Jif Xplorer (© : JIFMAR OFFSHORE SERVICES)

Jifmar Offshore Services | Actualité de la compagnie