Défense
Un troisième Barracuda commandé en 2011

Actualité

Un troisième Barracuda commandé en 2011

Défense

La France devrait commander en 2011 un troisième sous-marin nucléaire d'attaque du type Barracuda. La notification de ce bâtiment est, en effet, prévue dans le projet de loi de finances 2011. Lancé en décembre 2006, le programme Barracuda porte sur la réalisation de 6 SNA de nouvelle génération devant remplacer, nombre pour nombre, les unités de la classe Rubis, entrées en service entre 1983 et 1993. Plus grands et silencieux que leurs aînés, avec 99.5 mètres de long et plus de 5000 tonnes de déplacement en plongée, les Barracuda disposeront de nouvelles capacités en matière de renseignement et d'opérations spéciales. Ils mettront en oeuvre 20 armes via 4 tubes de 533mm. Pouvant embarquer des torpilles lourdes F-21 et des missiles antinavire Exocet SM39, les nouveaux SNA seront les premiers sous-marins français à disposer de missile de croisière (Scalp Naval), capable d'atteindre des cibles terrestres à plus de 1000 kilomètres.
La construction de la tête de série, le Suffren, a débuté dut le site DCNS de Cherbourg le 19 décembre 2008. Après 120 mois de construction, ce bâtiment doit être livré à la Marine nationale en 2017. Il sera ensuite suivi, au rythme moyen d'une unité tous les deux ans, par ses sisterships, baptisés Duguay-Trouin, Dupetit-Thouars, Duquesne, Tourville et De Grasse.
Pour mémoire, le coût global des Barracuda est estimé à 8.7 milliards d'euros. Côté industriel, ce programme doit assurer l'essentiel de la charge de travail des sites DCNS de Cherbourg (construction) et Nantes-Indret (propulsion), tout en procurant une importante activité aux établissements de Ruelle (tubes lance-torpilles, lignes d'arbres, systèmes de navigation), Lorient (matériaux composites) et Toulon Le Mourillon (système de combat). A noter que 10% du contrat reviendra à Areva, co-maître d'oeuvre de la chaufferie nucléaire.

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française