Construction Navale
Une avarie sur la forme Joubert retarde le transfert du paquebot Norwegian Epic

Actualité

Une avarie sur la forme Joubert retarde le transfert du paquebot Norwegian Epic

Construction Navale

Après un contre-temps ce vendredi matin lié à une avarie sur la forme Joubert, le Norwegian Epic, dernier-né des chantiers nazairiens, doit toujours rejoindre l'énorme cale sèche, longue de 350 mètres pour une largeur de 50 mètres. La manoeuvre devait se dérouler ce vendredi, au lever du jour, mais, finalement, elle n'a pas eu lieu, en raison d'une avarie sur le système d'ouverture. « Il y a eu un saut de chaîne, c'est-à-dire un maillon qui est sorti de son guide, sur la porte aval de la forme Joubert. Nous avions la pièce en stock et l'opération de maintenance est en cours », expliquait-on ce vendredi, en fin de matinée, au port de Nantes Saint-Nazaire. La réparation ne pouvant être terminée pour samedi, les chantiers ont décidé, compte tenu du cumul de plusieurs contraintes, notamment sur la météo et la hauteur d'eau avec la marée, de reporter le transfert du Norwegian Epic au 27 mars (si la météo le permet). « La conjonction d'une bonne météo et d'une excellente préparation durant plusieurs semaines par les équipes de STX France, du port ainsi que les pilotes des remorqueurs est essentielle pour que cette manoeuvre délicate s'effectue dans les meilleures conditions », explique Bertrand du Charlat, Responsable navire chez STX France. Jamais, depuis sa mise en service en 1934, la forme-écluse Joubert n'aura accueilli un aussi gros paquebot.

 L'Epic lors de ses premiers essais mer, en février (© : STX France - BERNARD BIGER)
L'Epic lors de ses premiers essais mer, en février (© : STX France - BERNARD BIGER)

Bien que désormais parfaitement autonome pour ses manoeuvres, le Norwegian Epic sera assisté par 6 remorqueurs pour sa sortie du bassin C et son entrée en forme Joubert. Le navire y restera pour les travaux de peinture de ses oeuvres vives (parties situées sous la ligne de flottaison) jusqu'à ses seconds essais en mer, prévus fin avril. « Une fois à sec en forme Joubert, les équipes en place procèderont un nettoyage complet de la carène et une dernière couche de peinture antifouling sera appliquée sur les oeuvres vives, situées sous la ligne de flottaison du Norwegian Epic. Il sera également réalisé un check-up complet, ultimes vérifications nécessaires avant le départ du navire pour sa seconde campagne d'essais en mer », précise STX France, constructeur du paquebot.
Après sa seconde campagne d'essais, le paquebot géant regagnera le bassin C pour les derniers travaux d'emménagement et de décoration avant sa livraison, prévue mi-juin. Commandé par la compagnie américaine Norwegian Cruise Line (NCL), le « C33 », comme on l'appelle aux chantiers, est le plus gros paquebot réalisé jusqu'ici à Saint-Nazaire. Long de 329.45 mètres pour une largeur de 40.64 mètres, il affiche une jauge de 153.000 tonneaux. Le Norwegian Epic comprendra 2098 cabines, soit une capacité de 5186 passagers. Il sera armé par un équipage de 1730 personnes.

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire