Défense
Une capacité antisatellite pour l'US Navy

Actualité

Une capacité antisatellite pour l'US Navy

Défense

La marine américaine peut, désormais, détruire des satellites grâce au nouveau missile SM-3, prévu pour être tiré depuis ses croiseurs et destroyers. Jeudi, l'USS Lake Erie (CG 70) a abattu un satellite espion américain. L'engin, dont le contrôle avait été perdu, menaçait de s'écraser sur terre avec, à son bord, des matières dangereuses, notamment 500 kilos d'hydrasine, un carburant hautement toxique. L'opération d'interception a été lancée à 4 H 26 du matin. Navigant au milieu de l'océan Pacifique, le croiseur lance-missiles a tiré un SM-3, qui a heurté à 247 kilomètres d'altitude le satellite de reconnaissance, évoluant en orbite basse à la vitesse de 20.000 km/h. Si, officiellement, il s'agissait de détruire un satellite qui aurait pu, en retombant, toucher des zones habitées, cette opération constitue également un signe politique fort. Elle démontre, en effet, que les Etats-Unis disposent désormais de moyens efficaces pour détruire des satellites.
Le missile SM-3 est, initialement, conçu pour assurer un bouclier anti-missiles balistiques. Outre l'US Navy, cette arme devrait être mise en oeuvre par le Japon et certains pays européens, comme les Pays-Bas. Des essais ont, notamment, été réalisé depuis la frégate néerlandaise Tromp fin 2006.

US Navy / USCG