Défense
Une cure de jouvence pour l'ancien croiseur britannique HMS Bristol

Actualité

Une cure de jouvence pour l'ancien croiseur britannique HMS Bristol

Défense

Malgré les réductions budgétaires subies par les armées britanniques, l'ancien croiseur HMS Bristol, désarmé en 1991, vient de s'offrir une petite cure de jouvence. Le bâtiment, qui sert depuis 17 ans de plateforme d'instruction à quai et de caserne flottante à Portsmouth, a achevé en avril un arrêt technique d'un coût de 4.5 millions d'euros. Le chantier, mené par A&P et qui mobilisé une centaine de personnes, a porté sur le carénage de la coque, l'enlèvement du mât, la remise en peinture des superstructures, la réfection des échelles en bois, ou encore la mise en place d'un nouveau système de chauffage et la climatisation. Au niveau des espaces intérieurs, les postes, qui comptent 500 bannettes et accueillent chaque année quelques 17.000 marins et cadets, ont été remis à neuf. Dans le même temps, une salle de cours de 60 places a été aménagée et un nouveau système de sécurité est désormais en place.
Ce premier arrêt technique du Bristol depuis 17 ans permettra de maintenir le bâtiment pendant encore une dizaine d'année.

Le HMS Bristol dans les années 70  (© : ROYAL NAVY)
Le HMS Bristol dans les années 70 (© : ROYAL NAVY)

Pièce unique

Réalisé par Swan Hunter et mis en service en 1973, le HMS Bristol avait été imaginé pour assurer la protection des gros porte-avions de 50.000 tonnes de la classe Furious dont le projet a finalement avorté au profit de celui des petits porte-aéronefs (HMS Hermes puis les trois unités de la classe Invincible). De ce fait, le Bristol est resté seul de son genre, les 7 autres unités du type 82 n'étant finalement pas construites. Pour assurer la défense aérienne des porte-aéronefs, le Royal Navy se contentera de navires plus petits, les destroyers du type 42, mis en service à partir de 1975.
S'il était appelé croiseur par les Britanniques, le Bristol s'apparentait plus, en réalité, à un destroyer. Long de 154.6 mètres pour un déplacement de 7100 tonnes en charge, ce navire mettait en oeuvre un système surface-air Sea Dart (40 missiles), qu'il a été le premier à recevoir et qui équipa ensuite les T42. Le reste de l'armement comprenait une tourelle de 114mm, quatre canons de 30mm et quatre canons de 20mm. Capable de filer 30 noeuds, le Bristol était armé par un équipage de plus de 400 hommes. Après son retrait du service actif, les équipements furent débarqués et le croiseur fut transformé en bâtiment d'instruction à quai, fonction qu'il occupe depuis 1994. Son équipage comprend désormais 31 militaires pour les fonctions de service et une douzaine de personnels civils.

Retour à Portsmouth du Bristol, mi-avril  (© : ROYAL NAVY)
Retour à Portsmouth du Bristol, mi-avril (© : ROYAL NAVY)

Royal Navy | Actualité des forces navales britanniques