Croisières et Voyages
Une découverte des Caraïbes avec CDF

Reportage

Une découverte des Caraïbes avec CDF

Article gratuit
Croisières et Voyages

Cap aujourd’hui sur les eaux chaudes des Caraïbes où l’Horizon vient d’achever sa seconde saison d’hiver aux couleurs de Croisières de France. En une semaine, le navire de Croisières de France permet de découvrir la République dominicaine, les Antilles avec la Martinique, la Guadeloupe et Saint-Martin, ainsi que l’île vénézuélienne de Margarita.

 

L'Horizon à Saint-Martin (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'Horizon à Saint-Martin (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Le voyage dure, en tout, 9 jours, soit 7 nuits à bord et l’acheminement depuis Paris, que CDF propose vers Saint-Domingue aux passagers métropolitains, les Antillais pouvant embarquer localement.  Le port d’embarquement principal de l’Horizon (voir notre reportage sur ce navire) pour ces croisières dans l’arc caribéen est donc la capitale dominicaine, où les passagers sont acheminés directement une fois descendus de l’avion. Une arrivée tardive, dans la soirée, qui ne permet pas de visiter Saint-Domingue en début de voyage. Mais au retour, on dispose de temps pour découvrir l’ancienne cité coloniale.

 

L'Horizon à La Romana (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'Horizon à La Romana (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

La Romana

Après une nuit de navigation, la première étape de cette croisière débute le lendemain à La Romana, à l’Est de la République dominicaine. Alors que le navire accoste au lever du jour pour une escale d’une grosse matinée, les passagers peuvent choisir au sein des différentes excursions organisées par la compagnie (on conseillera de réserver avant de partir). Au programme, notamment, Altos de Chavon, réplique d’un village méditerranéen du XVIème siècle, un safari en buggy dans la région boisée de Cumayasa, des villages et marchés locaux, le musée archéologique régional, ou encore une fabrique de cigares dominicains, l’une des fiertés nationales.

 

L'île Saona (DR)

L'île Saona (DR)

 

Mais la République dominicaine, c’est aussi de superbes plages de sable fin et une eau cristalline, en particulier sur la magnifique - et très touristique – île Saona, que l’on rejoint en chaloupe. Bien entendu, il est comme pour chaque croisière possible de partir par ses propres moyens à la découverte de La Romana et de sa région. Des taxis attendent notamment les passagers sur le port. Ils peuvent par exemple vous emmener jusqu’aux plages environnantes, ou vers Bahia Hibe, située à une demi-heure de route environ. Cet excellent spot, très fréquenté par les Dominicains, offre une superbe vue et dispose de nombreuses paillotes où l’on peut déguster le poisson et les langoustes fraîches que les pêcheurs ramènent directement sur la plage. Sans oublier bien entendu l’eau de coco d’une noix coupée à la machette.

 

 

Bahia Hibe (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Bahia Hibe (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Profiter de la mer

De retour à bord de l’Horizon avant 14 heures, moment où le navire appareille, les passagers qui ne se sont pas restaurés pendant l’escale se retrouvent au buffet. Puis tout le monde profite d’un agréable après-midi au soleil sur les ponts extérieurs, alors que l’équipe d’animation de CDF met l’ambiance autour des piscines. Sur ces croisières d’hiver aux Caraïbes, l’atmosphère est généralement très festive : on s’amuse en famille ou entre amis, on danse sous un ciel bleu et en soirée la discothèque est très animée.

Départ de La Romana (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Départ de La Romana (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Alors qu’une grande partie des passagers occupe les extérieurs du paquebot, d’autres préfèreront le calme des espaces intérieurs pour se reposer, lire un livre à la bibliothèque, faire une partie de cartes, tenter sa chance au casino ou s’offrir un massage ou un soin au Spa. Les enfants bénéficient quant à eux d’un club dédié avec différentes activités et animations encadrées par une équipe spécialisée de l’équipage.

En soirée, les croisiéristes se retrouvent dans les bars et salons, et bien sûr au restaurant principal du navire, dont la carte se distingue par de nombreux plats français. Un spectacle est également proposé chaque soir dans le grand théâtre. L’atmosphère est bon enfant et les tenues décontractées, les costumes, même pour la soirée de gala, étant des plus rares.

 

Le pont piscines de l'Horizon (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le pont piscines de l'Horizon (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

(© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Saint-Martin

L’île de Saint-Martin constitue la seconde escale de cette croisière. L’Horizon arrive à la mi-journée au terminal croisière du port de Philipsburg, dans la partie néerlandaise de l’île. Spécialement aménagé pour recevoir les paquebots, et plus particulièrement les croisiéristes américains, cet impressionnant « nid à touristes » est aménagé comme un vaste complexe de boutiques détaxées. On peut s’y attarder un peu pour profiter de quelques bonnes affaires avant de partir à la découverte de l’île. De nombreuses activités sont possibles, avec par exemple des sports nautiques, des sorties en mer et des excursions en jeep ou en quad vers les collines boisées et les plages de sable fin. Certains profiteront aussi de leur escale pour se rendre à Maho Bay Beach. Située devant la piste de l’aéroport, c’est la plus célèbre plage de Saint-Martin, là où les avions passent au-dessus des têtes juste avant d’atterrir.

 

Saint-Martin (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Saint-Martin (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

A340 d'Air France arrivant à Saint-Martin (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

A340 d'Air France arrivant à Saint-Martin (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

En plus de la partie néerlandaise, la plus active et touristique, Saint-Martin c’est aussi la France. Depuis le port de Philipsburg, des bateaux assurent une liaison vers Marigot, permettant de découvrir le littoral avant d’atteindre la capitale du territoire français de l’île. Une petite ville surplombée par les vestiges de l’ancien Fort Louis, construit au XVIIIème siècle et qui offre un beau panorama sur la baie de Marigot, avant de descendre pour déambuler à travers les ruelles, le marché et le port de plaisance, où sont amarrés de nombreux bateaux, dont de superbes yachts.

 

Marigot (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Marigot (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Marigot (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Marigot (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

La Guadeloupe

Le lendemain, changement de décor. L’Horizon arrive à Pointe-à-Pitre, dont le terminal croisière se trouve à deux pas du centre ville. Les passagers ont l’embarras du choix pour cette journée en Guadeloupe. Si l’escale est trop courte pour découvrir les Saintes et Marie-Galante, la principale île de l’archipel a déjà énormément à offrir. Les passagers peuvent s’immerger dans la culture créole en visitant les petits villages, les marchés et les ateliers d’artisanat, tout en profitant des restaurants où l’on savoure la cuisine locale. Au milieu des champs de canne à sucre, les rhumeries sont bien évidemment des passages incontournables pour apprendre la fabrication du rhum et déguster le fameux breuvage antillais.

 

Pointe-à-Pitre (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Pointe-à-Pitre (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Pointe-à-Pitre (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Pointe-à-Pitre (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Plantation à Basse-Terre (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Plantation à Basse-Terre (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

La côte regorge également de magnifiques sites, avec par exemple, en plus des plages, le Grand Cul de Sac, réserve naturelle marine classée par l’UNESCO où l’on peut observer avec un masque et un tuba la richesse de la vie sous-marine autour des récifs coralliens.

Alors que Pointe-à-Pitre se situe sur Grande Terre, partie plus plate et sèche de l’île, on accède rapidement depuis la capitale guadeloupéenne à Basse-Terre via une route bordée par la mangrove. Montagneuse, Basse-Terre la volcanique est surplombée par la Soufrière et son cratère, qui culminent à 1467 mètres d’altitude. Atour du volcan s’étend une vaste forêt tropicale offrant de superbes promenades et parcours de canyoning à travers les falaises et la roche creusée par les rivières et chutes d’eau. Abritant un parc national, Basse-Terre accueille aussi le zoo des Mamelles et de magnifiques jardins botaniques, comme Valombreuse.

 

Le parc national de Basse-Terre (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le parc national de Basse-Terre (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Basse-Terre (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Basse-Terre (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

La Martinique

Après la Guadeloupe, l’Horizon met le cap sur la Martinique, l’autre grand territoire français des Antilles et l’une des perles de ce voyage. Grâce au Comité martiniquais du tourisme, très actif ces dernières années pour mettre en valeur les richesses de l’île, de très nombreuses activités sont proposées aux touristes pour faire des séjours en Martinique est un vrai plaisir, même le temps d’une simple escale en croisière. L’une des meilleures façons d’avoir un bel aperçu de l’île est de s’offrir un vol en hélicoptère depuis l’aéroport Aimé Césaire, situé à proximité de Fort-de-France. La société Heliblue propose ainsi différents circuits pour profiter d’une magnifique découverte la Martinique par les airs, en survolant par exemple la baie des Trois-Ilets, les superbes plages et la barrière de corail de la partie sud de l’île, les pitons du Carbet ou encore la forêt tropicale enveloppant la montagne Pelée.

 

La Martinique vue d'hélicoptère (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La Martinique vue d'hélicoptère (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

La Martinique vue d'hélicoptère (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La Martinique vue d'hélicoptère (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

La Martinique vue d'hélicoptère (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La Martinique vue d'hélicoptère (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

La végétation luxuriante de l’île, dans laquelle vivent de nombreux oiseaux exotiques, est un appel aux amateurs de randonnées pédestres, entrecoupées de baignades rafraîchissantes dans les cascades, alors que des excursions en 4x4 sont également possibles. La Martinique compte de multiples plages de sable blanc ou de sable noir sur son versant volcanique, et l’on peut aussi y apprécier le spectacle offert par les baleines de passage comme celui des tortues et dauphins qui fréquentent ces eaux. Caraïbes Croisières & Découvertes propose ainsi des sorties en catamaran ou en petit bateau pour appréhender l’île depuis le large, pêcher, plonger et se baigner en mer mais aussi aller en début de matinée à la rencontre des dauphins lorsque ceux-ci s’approchent du Carbet et de Saint-Pierre, qui porte encore les stigmates de la grande éruption du volcan en 1902.

 

Saint-Pierre (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Saint-Pierre (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Entre Saint-Pierre et le Carbet (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Entre Saint-Pierre et le Carbet (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

La Martinique, c’est aussi des restaurants de plage, une institution aux Caraïbes. Et au Carbet, justement, on trouve l’une des meilleures adresses de l’île. Il s’agit du Petibonum, avec sa cuisine en plein-air et ses tables sur le haut de la plage, sous les palmiers et les pieds dans le sable. Aux fourneaux, Guy Ferdinand et son équipe sont des amoureux de la cuisine qu’ils partagent dans une ambiance particulièrement conviviale avec les clients. On y déguste de multiples plats mêlant les produits et recettes de Martinique et de France métropolitaine, avec des touches internationales. Foie gras poêlé avec bananes braisées, duo de Saint-Jacques et écrevisses sauce vanille, thon frais mi cuit sauce soja… Une fusion de saveurs et une générosité dans la cuisine remarquables qui font la notoriété du Petibonum, un lieu à ne pas manquer où l’on passe aussi des soirées animées entre le restaurant, le bar et la plage.

 

Le chef Guy Ferdinand et ses cuisinier du Petibonum (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le chef Guy Ferdinand et ses cuisinier du Petibonum (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

La plage du Petibonum (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La plage du Petibonum (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La plage du Carbet (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La plage du Carbet (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Alors que de nombreuses activités nautiques sont proposées, on peut aussi flâner dans Fort-de-France, visiter l’église de Balata, inspirée du Sacré-Cœur à Paris, ou encore sillonner dans les rues pittoresques du Lamentin et découvrir la culture et l’artisanat local, sans oublier les distilleries.

 

 

La plantation Clément est la plus célèbre mais il y a d’autres superbes rhumeries sur l’île, à l’image de la maison Depaz, fondée en 1651. Située sur les contreforts de la Montagne Pelée, au nord de l’île, le site offre une vue magnifique sur le littoral et les reliefs. Près de l’imposante et somptueuse demeure familiale, la distillerie, qui a conservé un cachet historique, est ouverte au public. On y découvre l’art de la fabrication de l’alcool avant une dégustation et le traditionnel passage à la boutique, où de nombreux rhums et produits issus de la canne, dont le sucre, garnissent les rayonnages.

 

Le domaine Depaz (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le domaine Depaz (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

La distillerie de rhum du domaine Depaz (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La distillerie de rhum du domaine Depaz (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Départ de la Martinique (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Départ de la Martinique (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Margarita

Après la Martinique, l’Horizon met le cap au sud-ouest pour rejoindre Margarita. Une escale originale pour une croisière aux Caraïbes permettant de découvrir cette étonnante île, qui constitue avec Coche et Cubagua l’unique Etat insulaire du Venezuela. Ce territoire, relativement préservé par rapport au continent, a beaucoup à offrir. On peut par exemple opter pour une expédition en véhicule tout terrain à travers les mangroves, peuplées d’animaux marins et d’oiseaux, dont de majestueuses colonies de flamants roses, ou encore parcourir les longues plages de sable blanc à cheval. Il est aussi possible de rejoindre en bateau l’île de Cubagua, qui abrite les vestiges de la colonisation espagnole et de ce qui fut la Nouvelle Cadix. On peut aussi s’y baigner dans des eaux translucides ou se laisser tenter par un bain de boue, très prisé localement.

 

Margarita (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Margarita (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Margarita (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Margarita (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Longue de 78 kilomètres, Margarita est une grande île arborant des paysages très variés. Des hauts reliefs de la péninsule sauvage de Macanao aux grandes étendues désertiques des plaines, en passant par une sublime côte escarpée et de luxuriantes lagunes, les contrastes sont saisissants. L’île compte plus de 400.000 habitants et, en traversant certains villages, on devine une certaine pauvreté mais, comme souvent dans cette région du monde, la population compense au moins en partie une vie parfois très rude avec le soleil, la mer et une ambiance festive typique des régions tropicales. En ce début de mois d’avril, c’est d’ailleurs jour férié et les vieilles voitures convergent vers les plages, où les familles se retrouvent pour passer du bon temps. En cours de route, un petit stop dans un petit restaurant permet de goûter quelques produits locaux, comme la galette de maïs et l'alcool de coco. 

 

Margarita (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Margarita (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Margarita (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Margarita (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Parmi les plus beaux sites de Margarita, on conseillera la Laguna de la Restinga. Ce parc naturel, très touristique mais qui vaut vraiment le détour, se découvre en bateaux. C’est en effet le seul moyen de sillonner les épaisses forêts de mangrove via des canaux naturels dont certains ont été baptisés avec  de petits panneaux de bois, comme des noms de rue. Le paysage est superbe, avec cette forêt aquatique dominée au loin par une chaîne de montagne désertique. Etoiles de mer, coquillages, crustacés et hippocampes peuplent les eaux de la lagune, dont les arbres accueillent de nombreux oiseaux, dont d’imposants pélicans qui nichent ici et profitent des eaux poissonneuses.

 

La lagune de la Restinga (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La lagune de la Restinga (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

La lagune de la Restinga (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La lagune de la Restinga (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La lagune de la Restinga (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La lagune de la Restinga (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

De retour au port, flanqué comme de multiples endroits à travers l’île de grands panneaux à la gloire des présidents vénézuéliens Hugo Chavez et Nicolas Maduro, érigés en héros de la Révolution bolivarienne, on peut profiter des boutiques dont les étales sont garnies de souvenirs et produits locaux. Certains passagers sont quant à eux de retour des plages toutes proches. Et comme c’est le cas quotidiennement depuis le début de cette croisière, la journée s’achève par un superbe coucher de soleil sur la mer, alors que l’Horizon fait route vers la dernière étape de son voyage.

 

L'Horizon à Margarita (© MER ET MARINE)

L'Horizon à Margarita (© MER ET MARINE)

 

 

Une journée en mer

Avant de revenir à Saint-Domingue, située à près de 600 milles de Margarita, le navire doit naviguer pendant plus d’une journée. Une pause appréciée des passagers, qui peuvent ainsi en toute tranquillité préparer leur débarquement et faire leurs valises. A bord, la journée en mer est rythmée par les animations et les différentes activités offertes par le navire. Pour certains, ce sera bronzage sur une chaise longue et longueurs dans les piscines, pour d’autres une séance de sport, un cours de danse, une sieste, un bon livre, les machines à sous, les cocktails partagés avec de nouveaux amis rencontrés pendant la croisière… Chacun aménage son temps selon ses envies pour ces derniers moments à bord.

 

(© MER ET MARINE)

(© MER ET MARINE)

 

Saint-Domingue

Au terme de cette croisière d’une semaine, l’Horizon revient donc dans la capitale dominicaine. L’avion ne décollant que dans l’après-midi, il est possible de découvrir en première partie de journée Saint-Domingue par ses propres moyens ou via les excursions organisées par la compagnie.

Une journée à consonance très historique puisque Santo Domingo fut la tête de pont de la colonisation du Nouveau Monde. C’est en effet là que les Espagnols s'installèrent après la découverte des Amériques par Christophe Colomb en 1492. Un musée est d’ailleurs consacré au célèbre explorateur, dont on peut visiter l’ancienne résidence. La ville compte de superbes bâtiments de style colonial, malheureusement mal entretenus pour certains. Il faut dire que le pays demeure très pauvre. Au milieu des rues colorées, où les Dominicaines vendent des bananes, on croise d'antiques voitures rafistolées avec les moyens du bord. De nombreuses boutiques et restaurants sont présents, alors qu’un détour s’impose par la cathédrale Notre-Dame de l’Incarnation, construite entre 1510 et 1540 sur commission du pape Paul III, qui la déclara premier siège apostolique du Nouveau Monde.

 

Saint-Domingue (© MER ET MARINE)

Saint-Domingue (© MER ET MARINE)

 

 

Saint-Domingue (© MER ET MARINE)

Saint-Domingue (© MER ET MARINE)

 

En dehors de la visite de la ville, il aussi possible de profiter une dernière fois des plages, de visiter une fabrique de cigare ou une distillerie de rhum pour ceux qui seraient passés à côté précédemment. Certains peuvent aussi choisir de découvrir l’intérieur de la République dominicaine à bord de camions ouverts, moyen de transport traditionnel de cette île.

Pour ceux qui sont restés à bord ou sont partis en visite par leurs propres moyens, les débarquements de l’Horizon interviennent en début d’après-midi, avec des transferts vers l’aéroport. Quant aux passagers ayant opté pour les excursions, leurs bagages sont transportés directement à l’aéroport, où ils les retrouvent à la fin des tours organisés sans passer par le bateau.

 

(© MER ET MARINE)

(© MER ET MARINE)

 

Une belle croisière

 

Que dire au final de cette croisière ? D’abord, que c’est une très belle expérience, qui permet de prendre en plein hiver une bonne dose de soleil et de chaleur. Mais aussi de découvrir des îles très différentes, chacune avec sa culture et ses beautés naturelles. Un premier aperçu qui invite à revenir y passer plus de temps. Effectuées avec des guides parlant français, les excursions, pour celles que nous avons réalisées, sont bien organisées et intéressantes, permettant aux passagers qui n’ont pas envie de partir à l’aventure seuls de profiter de nombreux sites incontournables. Et pour ceux dont les visites groupées ne sont pas la tasse de thé, on peut facilement, depuis les ports, rayonner dans les régions où le navire fait escale. De manière générale, la vie à bord de l’Horizon sur cette croisière aux Caraïbes est très agréable. Le bateau, malgré son âge, se prête bien à ces voyages sous le soleil et sa petite taille constitue un avantage certain. L’ambiance y est festive et bon enfant, le personnel professionnel et souriant, la nourriture de bonne qualité. Alors que Pullmantur, maison-mère de Croisières de France, exploite des navires dans cette région depuis de nombreuses années (notamment l’Horizon avant 2012 sous le nom de Pacific Dream), on sent le produit rôdé, ce qui laisse peu de place aux mauvaises surprises. 

 

(© MER ET MARINE)

(© MER ET MARINE)

CDF Croisières de France