Histoire Navale
Une fête maritime pour les 20 ans à Nantes du Maillé Brézé

Actualité

Une fête maritime pour les 20 ans à Nantes du Maillé Brézé

Histoire Navale

La goélette Belle Poule, le Bagad de Lann Bihoué et, peut être, une frégate. Selon nos informations, début juin, la Marine nationale rendra un hommage digne de ce nom à l'un de ses anciens fleurons, aujourd'hui conservé comme musée à Nantes. Mis en service en 1957, l'escorteur d'escadre Maillé Brézé est arrivé en juin 1988 dans la Cité des Ducs de Bretagne. Désarmé trois mois plus tôt, il avait été acquis pour le Franc symbolique par l'association Nantes Marine Tradition. Moins gros mais plus chanceux que le croiseur Colbert, dont la transformation en musée, à Bordeaux, s'est soldée par un échec, le Maillé Brézé maintient sa fréquentation. Ainsi, quelques 23 à 25.000 visiteurs arpentent chaque année ses coursives, à la découverte de la vie embarquée telle qu'elle était il y a cinquante ans. Ce flux constant de visiteurs permet à Nantes Marine Tradition de respecter ses budgets prévisionnels. Les rentrées financières sont complétées par la location du carré des officiers, ou de l'Espace Richelieu, une vaste salle de 150 m² aménagée sous le hangar Malafon. Pour faire vivre ce monument, l'association ne compte que trois salariés et quelques étudiants recrutés comme guides pendant la période estivale. Elle bénéficie en revanche du travail considérable de ses 300 membres, dont beaucoup d'anciens marins. Ils sont une vingtaine à venir, très régulièrement, donner un coup de main, qu'il s'agisse d'encadrer les visites, d'assurer l'entretien, d'effectuer une réparation ou de s'atteler à la peinture. L'association touche également des subventions pour les gros travaux d'entretien du navire. Ce dernier doit, ainsi, gagner en septembre prochain Saint-Nazaire. Bien que désarmé, le Maillé Brézé doit, en effet, subir un carénage tous les 10 ans. Une petite descente de la Loire qui fleure bon le vent du large. Mais, comme en septembre 1997, le vieux navire n'ira pas plus loin que l'embouchure du fleuve. Il ne fera donc que saluer sa vieille compagne atlantique sur laquelle il a franchi tant de milles autrefois.