Défense
Une flotte de navires rouliers pour les armées françaises

Actualité

Une flotte de navires rouliers pour les armées françaises

Défense

L'Etat major des Armées envisage l'acquisition d'une flotte de navires rouliers, spécialement dédiée au transport de matériels militaires. Avec la multiplication des déploiements à l'étranger et les menaces permanentes de crises, le minsitère de la Défense souhaite renforcer la capacité de projection de moyens par voie maritime. Actuellement, 35.000 militaires sont déployés sur 31 théâtres internationaux, dont 15.000 dans le cadre des opérations extérieures, les fameuses « OPEX ». En fin d'année dernière, la Direction Centrale du Commissariat de l'Armée de Terre (DCCAT) a lancé, auprès des industriels, une demande d'information dans le but d'étudier la réalisation d'un navire du type roll-on roll-off (RoRo). Spécialement conçu pour les besoins militaires, ce bateau, dérivé des rouliers en service dans les flottes de commerce, disposerait de vastes garages, d'une imposante porte arrière capable d'accueillir des chars lourds et véhicules de grandes tailles, ainsi que d'une grue de très forte capacité, de l'ordre de 60 tonnes. Suivant la taille des navires, l'EMA souhaiterait disposer d'une flotte de quatre à six unités, livrables à l'horizon 2010.

Le financement innovant et l'exemple britannique

Ce projet, qui n'en est qu'à sa phase de réflexion, devrait inclure, s'il se réalise, un partenariat public/privé. Cette formule permettrait de réduire les coûts. Les rouliers feraient l'objet d'un financement innovant, d'une acquisition patrimoniale ou seraient opérés en charter. Construits pour répondre aux besoins militaires, ils seraient facilement reconfigurables pour être utilisés par des partenaires privés. Dans cette perspective, l'EMA s'est intéressé à l'exemple de la Grande-Bretagne. Afin de compléter les moyens de la Royal Fleet Auxiliary (RFA), Londres a commandé en 2000 six rouliers de 193 mètres et 23.200 tonnes en charge. Les Hartland Point, ou type 2700, sont capables d'embarquer 130 véhicules blindés, dont 13 chars, ou un total de 656 conteneurs. Les navires disposent de trois ponts à véhicules, une rampe arrière de 17 mètres de large sur 13 mètres de haut et une grue de 36 tonnes. L'armement de ces bateaux, peints en vert et blanc, a été concédé à la compagnie Andrew Weir Shipping. Quatre navires sont opérés à plein temps au profit de l'armée britannique et deux autres disposent de périodes contractuelles, c'est-à-dire qu'ils sont affrétés dans le secteur civil et sont rapatriés en cas de besoin. Pour opérer cette flotte, l'armateur a créé un consortium avec deux opérateurs, chargés notamment de l'entretien. Cette formule pose, néanmoins, un problème en temps de guerre. En effet, l'équipage, civil, n'appartient pas à la RFA, armée par des réservistes.

Dans l'attente de nouveaux RoRo, un troisième navire a été affrété à la CNM

En attendant la mise en place d'une flotte spécialisée, l'armée française a recours à l'affrètement de rouliers civils auprès de la Compagnie Maritime Nantaise, filiale de la Société Morbihannaise de Navigation. En 2006, le MN Eclipse et le MN Eider ont réalisé 19 voyages au profit des militaires, dont un tour du monde Nouméa - Papeete. En début d'année, une rotation a notamment été opérée au départ de Toulon vers l'ex-Yougoslavie, afin de relever les moyens français de la KFOR, la force des Nations Unies pour le Kosovo. Face au développement des opérations extérieures, une extension du contrat a été signée fin mars. Il voit l'affrètement à l'année d'un troisième navire, le MN Pelican, destiné aux liaisons avec l'Afrique occidentale, l'océan Indien et la zone Antilles-Guyane. En cas de « besoins capacitaires supplémentaires », d'autres unités sont affrétées ponctuellement, ce qui fut le cas l'an passé pour 14 bateaux. Chars, véhicules, munitions, matériel divers... Les envois de matériels à l'étranger ont représenté, en 2006, quelques 113.000 tonnes de fret, 60% de ce trafic ayant été assuré par voie maritime. Très lourde, la gestion des acheminements est orchestrée par le Bureau de Transport Maritime, Aérien et de Surface, dont la cheville ouvrière est le 519ème Régiment du Train. Le BTMAS dispose de centres de transit interarmées à la Rochelle, le Havre et Marseille.

Marine nationale