Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Heurtée par un tanker, une frégate norvégienne chavire

Défense

La frégate Helge Ingstad, de la marine norvégienne, était en train de couler ce matin après une collision avec le pétrolier maltais Sola TS au niveau du port de Sture, au nord de Bergen. L’accident s’est produit vers 4 heures du matin. Huit de ses marins ont été blessés et l’ensemble de l’équipage (127 personnes) évacué. La collision a en effet entrainé une large brèche dans la coque, par laquelle l’eau de mer s’est engouffrée, dans des proportions plus importantes que les pompes ne peuvent en extraire. En début de journée, le bâtiment était à demi immergé, couché sur le flanc tribord. D'importants moyens sont mobilisés sur place, notamment de lutte contre la pollution.     

 

L'Helge Ingstad couchée sur le flanc ce matin (© KYSTVERKET

L'Helge Ingstad couchée sur le flanc ce matin (© KYSTVERKET)

L'Helge Ingstad couchée sur le flanc ce matin (© KYSTVERKET

L'Helge Ingstad couchée sur le flanc ce matin (© KYSTVERKET)

L'Helge Ingstad couchée sur le flanc à la mi-journée  (© TELEVISION NORVEGIENNE)

L'Helge Ingstad couchée sur le flanc à la mi-journée  (© TELEVISION NORVEGIENNE)

 

Faisant actuellement partie du Standing Nato Maritime Group 1 (SNMG1), l’une des forces permanentes de l’OTAN, l’Helge Ingstad avait rejoint Sture entre deux phases de Trident Juncture, exercice majeur que les pays de l’Alliance atlantique conduisent actuellement en Norvège.

Quatrième des cinq frégates de la classe Fridtjof Nansen, l’Helge Ingstad, construite comme les autres unités de ce type par le chantier Navantia de Ferrol, en Espagne, est entrée en service en 2009.

 

(© MARINE NORVEGIENNE)

(© MARINE NORVEGIENNE)

 

Long de 133 mètres et affichant un déplacement de 5290 tonnes en charge, ce bâtiment armé par 122 marins peut atteindre la vitesse de 26 nœuds. Il est doté de 32 missiles surface-air ESSM, 8 missiles antinavire NSM, une tourelle de 76mm, de l’artillerie légère et quatre tubes pour torpilles Sting Ray. L’équipement électronique comprend notamment un radar à quatre faces planes SPY-1F américain, un sonar de coque et un sonar remorqué (Captas 2). Des capacités de lutte anti-sous-marines renforcées par l’hélicoptère NH90 qu’elle embarque.

Mis en service en 2017, le Sola TS est quant à lui un pétrolier de 250 mètres de long pour 44 mètres de large, présentant un port en lourd de 113.000 tonnes. Il n’a apparemment pas subi de dommage important pendant la collision, ses 23 membres d’équipage étant sains et saufs.

 

Le pétrolier Sola TS, ici lors d'une escale au Havre (©  FABIEN MONTREUIL)

Le pétrolier Sola TS, ici lors d'une escale au Havre (©  FABIEN MONTREUIL)

Le pétrolier Sola TS, ici lors d'une escale au Havre (©  FABIEN MONTREUIL)

Le pétrolier Sola TS, ici lors d'une escale au Havre (©  FABIEN MONTREUIL)