Défense
Une frégate saoudienne frappée par une attaque suicide au large du Yémen

Actualité

Une frégate saoudienne frappée par une attaque suicide au large du Yémen

Défense

Au moins 5 marins saoudiens sont morts et 11 autres ont été blessés dans une attaque suicide perpétrée mardi, au large des côtes yéménites, contre la Madina. Une action attribuée aux Houtis, une télévision locale favorable aux rebelles yéménites ayant diffusé une vidéo montrant une frégate saoudienne de cette classe victime d'une très violente explosion. Pour mémoire, les Hadis, soutenus par l’Iran, sont en guerre contre le régime du président yéménite Hadi, replié à Aden après avoir été chassé de la capitale Sanaa en 2015. Dans leurs combats contre les Houtis, ses troupes sont appuyées par une coalition arabe emmenée par l’Arabie Saoudite. 

 

Vidéo de l'attaque diffusée par un media pro-Houtis

Tirs de missiles fin 2016

Les Houtis ont déjà ciblé à plusieurs reprises des bâtiments considérés comme ennemis au nord du détroit de Bab el-Mandeb. Le transport rapide HSV Swift, exploité pour le compte des Emirats Arabes Unis, également membre de la coalition arabe, avait été gravement endommagé par des tirs côtiers de missiles début octobre. Quelques jours plus tard, c’est le destroyer américain USS Mason qui avait été pris pour cible à deux reprises. L’US Navy avait riposté en détruisant trois sites côtiers où les rebelles yéménites avaient installés des moyens de ciblage pour leurs missiles.

Le mystère du méthanier Galicia Spirit

Fin octobre, une embarcation avait explosé près du méthanier espagnol Galicia Spirit, laissant craindre à l’époque une première attaque suicide contre un navire marchand croisant dans ce secteur très fréquenté, cette axe reliant la Méditerranée et l’océan Indien via la mer Rouge faisant partie de l'une des principales routes commerciales du monde. Les services militaires occidentaux semblaient néanmoins pencher pour une action de piraterie ou de brigandage ayant mal tourné.

Trois embarcations lancées contre la Madina

Cette fois, le mode d’action ne fait aucun doute. La Madina a selon les autorités saoudiennes été attaquée par trois embarcations. Deux auraient été neutralisées mais la troisième s’est jetée à l’arrière de la frégate, provoquant une impressionnante explosion et faisant donc au moins 5 morts et 11 blessés, dont certains dans un état grave. Certains media locaux ont annoncé que le bâtiment avait été détruit, ce qui est faut. La Madina, semble-t-il encore manoeuvrante malgré ses avaries, a pris la direction de la base navale de Djeddah, où la marine saoudienne va constater l’étendue des dégâts.

L’émergence de la menace asymétrique dans cette zone stratégique, tant d’un point de vue militaire que commercial, pose en tous cas question quant à la protection des bâtiments évoluant près des côtes de zones de crises, y compris les unités militaires, qui ne sont pas toutes gréées pour se prémunir contre de telles actions. Pour ce qui concerne la Madina, l'attaque de mardi vient en tous cas confirmer le bienfondé du programme de modernisation qui va être entrepris sur les frégates de ce type.

Le vieux Crotale remplacé par des Simbad-RC

Cette rénovation va, en effet, porter notamment sur le remplacement du vieux système surface-air Crotale par deux systèmes Simbad-RC, dont les missiles Mistral sont, contrairement à ceux du Crotale, conçus non seulement pour l’autodéfense contre des missiles antinavire, mais aussi contre les embarcations rapides. Une capacité qui avait été testée avec succès il y a quelques années par une frégate française du type Cassard, dont les Mistral sont mis en oeuvre par deux lanceurs sextuples Sadral (le Simbad-RC est un lanceur double). Concernant le Crotale, dont on rappelera que la dernière version (VT1) opérationnelle sur les La Fayette sera remplacée par des Sadral provenant de trois anciennes F70 ASM, on notera que les images de l'attaque de la Madina montrent un lanceur Crotale vide de tout missile. Une situation très étonnante vu le contexte de danger dans cette zone et qui peut laisser penser que ce système n'est peut être plus opérationnel sur les bâtiments saoudiens, équipés de missiles R440, plus anciens que les VT1 français. 

Quatre unités livrées par la France en 1985/86

Pour mémoire, les quatre frégates du type F2000 (Madina, Hofouf, Abha, Taïf) ont été construites par DCNS à Lorient (pour la tête de série) et le défunt chantier CNIM de La Seyne-sur-Mer (les trois autres) dans le cadre du contrat SAWARI I. Mis en service en 1985 et 1986, ces bâtiments de 115 mètres de long pour un déplacement de 2870 tonnes en charge peuvent atteindre la vitesse de 30 nœuds grâce à quatre moteurs diesels MAN Pielstick développant plus de 23 MW. Leur armement comprend 8 missiles antinavire Otomat Mk2, un système surface-air Crotale (8 missiles R440 en batterie et 16 en soute), une tourelle de 100mm, deux tourelles doubles de 40mm et quatre tubes de lancement pour des torpilles du type F17P. Dans le cadre du programme LEX, les F2000 son progressivement rénovées, la Madina l'ayant été semble-t-il récemment. Dans un second temps, les frégates verront leur système d'armes rénové. Toutes ne devraient cependant pas être concernées par cette refonte, qui serait réalisée sur deux à trois F2000 seulement, la quatrième (peut-être le Hofouf) étant éventuellement retirée du service pour servir de stock de pièces détachées. Toutefois, ce projet pourrait évoluer selon les dégâts subis par la Madina.