Histoire Navale
Une grande parade pour clôturer Brest 2016

Actualité

Une grande parade pour clôturer Brest 2016

Histoire Navale

De la pointe du Minou à celle des Espagnols, en passant par le Toulinguet ou encore le cap de la Chèvre, des milliers de curieux se sont massés hier sur la côte finistérienne pour admirer la parade maritime clôturant les Fêtes Maritimes de Brest. Après six jours de festivités dans la cité du Ponant, un millier de bateaux ont appareillé pour mettre le cap sur Douarnenez.

 

 

« Si l’édition 2012 était celle de tous les superlatifs, anniversaire oblige, celle de 2016 va également rester dans les annales. Contexte économique faisant, l’organisation et l’ensemble des acteurs ont rivalisé d’ingéniosité et de créativité pour offrir au public un spectacle exceptionnel. Résultat : En moyenne des chiffres équivalents à 2012 et même certaines hausses. Sans oublier le climat caniculaire et l’émotion niçoise », expliquent les organisateurs, qui ont comptabilisé 712.000 visiteurs, avec un pic le 14 juillet où on dénombrait près de 160.000 personnes sur les quais brestois. Avec une météo splendide mais caniculaire, qui a peut-être refroidi les ardeurs de certains pendant les deux derniers jours du festival maritime, où le thermomètre a grimpé en flèche sous un soleil de plomb.

 

Le trois-mâts barque Belem (

Le trois-mâts barque Belem (© MICHEL FLOCH)

 

 

L’évènement, qui a accueilli 1050 bateaux et 9000 marins, mais aussi 1500 musiciens ou encore près de 3000 bénévoles pour encadrer le public et les activités, a attiré un large public, pour moitié venu spécialement, alors que 38% des visiteurs participaient aux Fêtes pour la première fois, la moyenne d’âge ayant par ailleurs baissé par rapport aux éditions précédentes.

 

La bisquine Cancalaise (

La bisquine Cancalaise (© MICHEL FLOCH)

 

Au final, même si de nombreux grands voiliers sont arrivés à Brest sans les voiles déployées, alors que d’autres ont rallié tardivement la Bretagne ou sont partis plusieurs jours avant la fin, il y a eu comme d’habitude du très beau spectacle. De nombreux navires prenaient tous les jours la mer, pour naviguer devant les spectateurs massés sur les quais ou la digue Lapérouse et pour gagner la grande rade où ils régataient ensemble, du plus petit au plus grand, navires à voile ou à moteur, de travail ou de plaisance, en fer ou en bois, bateau de pêche ou yacht classique, tous réunis dans une joyeuse et magnifique pagaille que nous vous proposons de revivre ou découvrir grâce aux photos de Michel Floch. 

 

La Nao Victoria, réplique d'une caraque de Magellan (

La Nao Victoria, réplique d'une caraque de Magellan (© MICHEL FLOCH)

 

 

Même la SNSM a eu l'occasion d'effectuer un sauvetage réel devant les spectateurs la semaine dernière, quand deux imprudents voulant sortir des bassins dans le clapot avec un canoë on faillit couler, leur embarcation s'étant remplie d'eau... Ils ont été secourus en un temps record.

 

 

Vieux gréements