Marine Marchande
Une nouvelle vedette de pilotage pour les Sables d’Olonne

Actualité

Une nouvelle vedette de pilotage pour les Sables d’Olonne

Marine Marchande

La vedette Pilote Garnier a pris sa station dans le port de commerce des Sables d’Olonne. Conçue par le cabinet COPREXMA et réalisée aux chantiers Gléhen, cette nouvelle unité a été commandée par la station de pilotage de la Loire, responsable, depuis 1998, du pilotage du port des Sables d’Olonne. Baptisée le 28 avril dernier, elle remplace la Noura qui a réalisé 14 ans de service dans le port vendéen.

D’une longueur de 10 mètres et armée par 4 marins, la vedette Pilote Garnier va remplir plusieurs rôles, puisqu’en dehors de sa mission de pilotine, elle est également équipée pour le remorquage et le lamanage. Elle dispose, pour cela, d’une capacité de traction au croc de 5.2 tonnes. Sa vitesse de transit de 13 nœuds devrait désormais permettre d’effectuer six mouvements, trois entrées et trois sorties, par marée. Pour mémoire, le port de commerce des Sables d’Olonne accueille notamment un trafic de céréales (400.000 tonnes annuelles d’import et export de la société CAVAC), de ciment (100.000 tonnes de ciment d’import pour PRB) et près de 400.000 tonnes de granulats marins traités par la société Libaud.

 

(© : PILOTAGE DE LOIRE)

(© : PILOTAGE DE LOIRE)

 

Un hommage à Emmanuel Garnier

Les pilotes de Loire, dont une dizaine se relaient pour effectuer, toute l’année, la station des sables d’Olonne, ont choisi de rendre hommage à leur illustre ancien, Emmanuel Garnier. Celui-ci, né en 1894, a embarqué dès l’âge de 10 ans sur des bateaux de pêche sablais. Il a commandé un dragueur durant la première guerre mondiale puis le plus gros navire sablais après la guerre. Il devient pilote des Pertuis puis des Sables en 1926. Il organise et préside un syndicat des marins pêcheurs des Sables, puis de Vendée et de la côte Atlantique. En 1930, il crée la coopérative des pêcheurs des Sables et participe à la création d’une école d’apprentissage maritime : l’école à Deux Degrés. Patron du canot de sauvetage, le mérite maritime lui est remis en 1936. A partir de 1942, il intègre un réseau de résistance chargé de repérer les points de défense sur la côte, de récupérer les agents déposés par sous marins. Par deux fois, Londres lui propose de l’exfiltrer en Lysander.

Il est arrêté en avril 1944, torturé. Il décède dans le train de la déportation le 2 juillet 1944.

Emmanuel Garnier, héros national, est nommé à titre posthume Chevalier de la Légion d’honneur et décoré à titre posthume de la médaille de la Résistance Française.

Pilotage