Défense
Une plainte de migrants vise les armées engagées en Libye

Actualité

Une plainte de migrants vise les armées engagées en Libye

Défense

Deux Erythréens ont déposé plainte, mardi 18 juin, pour « non assistance à personne en danger » devant le doyen des juges d’instruction du tribunal de Paris. Ils font partie des 9 rescapés du naufrage d’une embarcation de migrants qui a causé la mort de 63 personnes en avril 2011, devant les côtes libyennes, alors que des bâtiments de guerre engagés dans l'opération Unified Protector croisaient dans la zone.

Les plaignants sont accompagnés dans leur démarche par des organisations non gouvernementales, dont la Ligue des Droits de l’Homme et le groupe français d’information et de soutien des travailleurs immigrés (GISTI), qui se sont portées parties civiles. Cette action devrait déboucher sur l’ouverture d’une instruction. Celle-ci devrait notamment examiner les éléments soulevés par les ONG, qui estiment que l'Etat Français pourrait être tenu pénalement responsable dans cette affaire. Selon les avocats et représentants des ONG, une vingtaine de bâtiments de la coalition, dont des Français, se trouvaient à proximité et ne seraient pas intervenus alors qu’un appel de détresse avait été relayé par les garde-côtes italiens.

 

Une plainte classée sans suite en 2012

 

En avril 2012, une plainte avait déjà été déposée par les mêmes ONG. Elle avait été classée sans suite par le parquet de Paris. C’est donc pour cela que cette deuxième plainte – qui est en fait un recours du classement sans suite de l'an dernier – a été déposée directement devant le doyen des juges d’instruction. Entre temps, les parties civiles auraient, selon leurs déclarations, assemblé des preuves supplémentaires visant le ministère de la Défense. Il s’agit notamment de savoir si les moyens français, navals et aériens, auraient pu croiser ou détecter l’embarcation. L'an dernier, l'Etat-major des Armées avait assuré qu'aucun bâtiment français engagé dans l'opération Unified Protector n'avait rencontré de migrants en difficulté au large de la Libye. 

Une plainte similaire a été déposée à Madrid. Des instructions sont également ouvertes devant les juridictions italiennes, britanniques, belges, canadiennes et américaines.

Marine nationale