Défense
Une quatrième FREMM et un troisième PSP passeront au double équipage cette année

Actualité

Une quatrième FREMM et un troisième PSP passeront au double équipage cette année

Défense

La Marine nationale continue en 2021 de passer des unités au double équipage. Après les frégates multi-missions (FREMM) Aquitaine et Languedoc (basées à Brest et Toulon) en 2019, puis la Bretagne (Brest) en 2020, ce sera au tour de la Provence, stationnée à Toulon, de connaitre cette importante manœuvre RH à l’été.

Le passage au double équipage constitue une évolution de la gestion des ressources humaines voulue par la marine française afin d'offrir davantage de visibilité aux marins pour leur vie privée et de stabilité à la programmation de l’activité opérationnelle à la mer ainsi que l’entrainement et la formation. Cette évolution permet également d’augmenter le nombre de jours à la mer des frégates, qui sont particulièrement sollicitées. Ou comme ce fut le cas pour le Languedoc resté six mois dans la région du Golfe arabo-persique l’année dernière, d’effectuer une relève d’équipage alors que le bâtiment est déployé à l’étranger.

Avec un rythme de relève tous les quatre mois, les équipages A et B (forts chacun de 109 marins) alternent entre une période de « prise en charge » de leur FREMM, constituée d’opérations et d’activités à la mer, et une période dite « en préparation » à terre, permettant la régénération de l’équipage, une préparation à la conduite d’opérations grâce à des simulateurs, ainsi qu’une contribution au maintien des capacités de la frégate.

Cette évolution concerne également les trois patrouilleurs de service public (PSP) basés à Cherbourg, armés par 20 marins et qui constituent des affectations souvent menées en célibat géographique. Après le Flamant en 2019 et le Cormoran en 2020, ce sera cette année au tour du Pluvier de passer au double équipage. En dehors des unités de combat et des sous-marins, d'autres navires de la Marine nationale sont depuis plus ou moins longtemps armés en double équipage, comme le bâtiment hydro-océanographique Beautemps-Beaupré, le bâtiment de recherche électromagnétique Dupuy de Lôme, les bâtiments de soutien et d'assistance métropolitains (BSAM) et les bâtiments de soutien et d'assistance outre-mer (BSAOM). 

- Voir notre reportage sur le PSP Pluvier

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

(© MARINE NATIONALE)

(© MARINE NATIONALE)

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française