Défense
Une seconde FREMM et trois Caïman dans le groupe aéronaval français

Actualité

Une seconde FREMM et trois Caïman dans le groupe aéronaval français

Défense

Après la Provence, fin décembre, la frégate multi-missions Aquitaine a rejoint début janvier la région du golfe Persique. Elle vient d'achever un exercice de lutte anti-sous-marine au large d’Oman et va rallier le Charles de Gaulle après avoir franchi le détroit d’Ormuz. La FREMM, qui avait appareillé de sa base de Brest le 17 décembre, peu après son admission officielle au service actif, remplace la frégate anti-sous-marine La Motte-Picquet, qui escortait le porte-avions depuis son départ de Toulon le 18 novembre et qui est désormais sur le chemin du retour vers la Bretagne.

L'Aquitaine et la Provence (© : MARINE NATIONALE)

L'Aquitaine et la Provence (© : MARINE NATIONALE)

 

L'exercice ASM qu'elle a mené du 12 au 14 janvier a mobilisé d'importants moyens, dont la FREMM Provence, un sous-marin nucléaire d'attaque, deux bâtiments américains et un avion de patrouille maritime Atlantique 2. Pendant ce temps, le Charles de Gaulle, qui évolue toujours dans le Golfe au profit de l'opération Chammal contre Daech (*), était escorté par la frégate de défense aérienne Chevalier Paul, deux bâtiments britanniques, le destroyer lance-missiles HMS Defender et la frégate HMS St Albans, ainsi que la frégate allemande Augsburg, qui va rester avec le porte-avions français jusqu'à la fin de sa mission, témoignant du soutien de Berlin à la France après les attentats du 13 novembre à Paris. 

 

Caïman Marine lançant une torpille (© : MARINE NATIONALE)

Caïman Marine lançant une torpille (© : MARINE NATIONALE)

 

En dehors des moyens alliés, le groupe aéronaval (GAN) français aligne donc pour la première fois les nouvelles frégates du type FREMM qui, s’ajoutant au Chevalier Paul, représentent l’escorte de nouvelle génération du porte-avions. On notera aussi que ces bâtiments embarquent chacun un Caïman Marine, constituant ainsi, avec trois machines, le plus gros déploiement intervenu jusqu’ici pour le nouvel hélicoptère de l’aéronautique navale française. Celle-ci compte à ce jour 15 Caïman Marine au sein des flottilles 31F et 33F, sur les 27 dont elle doit disposer à terme. Cet appareil, opérationnel depuis 2011 dans son premier standard et plus récemment avec toutes ses capacités, offre un avantage technologique et opérationnel significatif par rapport à son aîné, le Lynx, dont un exemplaire a encore œuvré avec le GAN à partir du La Motte-Picquet. Toutefois, les Caïman font encore face à un problème sensible de disponibilité. Un défaut de jeunesse sur lequel planchent les industriels et que les militaires souhaitent voir rapidement solutionné, le peu de machines disponibles en parc laissant des marges de manoeuvre très réduites.  

 

FREMM et Caïman Marine (© : PHILIP PLISSON)

FREMM et Caïman Marine (© : PHILIP PLISSON)

 

(*) L'Etat-major des armées a annoncé hier que, depuis le lancement de l'opération Chammal le 19 septembre 2014, les avions de l'armée de l'Air et de la Marine nationale avaient réalisé 2937 vols en Irak et en Syrie. Sur la période, 416 frappes ont été menées contre le groupe terroriste Daech, 762 objectifs étant détruits. 

 

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française