Disp POPIN non abonne!
Croisières et Voyages

Reportage

Une traversée sur le ferry Cap Finistère

Croisières et Voyages

Nous vous emmenons aujourd'hui à la découverte du Cap Finistère, qui réalise désormais trois rotations par semaine entre l'Angleterre et l'Espagne, avec une touchée le lundi matin à Roscoff. Pour ce voyage, les passagers restent une à deux nuits à bord, le trajet le plus rapide prenant 23 heures. Autant dire que la clientèle de Brittany Ferries optant pour cette ligne réalise non pas une traversée classique mais une véritable mini-croisière. C'est d'ailleurs sous cet angle que la compagnie bretonne commercialise son bateau auprès du grand public. Le terme croisière est pourtant à prendre avec précaution car il renvoie aux voyages en paquebots, qui offrent pour la plupart des équipements très importants, un confort maximal et un service à bord de premier ordre. En la matière, des armements scandinaves, comme Color Lines, parviennent à se hisser au niveau des compagnies de croisières. En France, ce n'est malheureusement pas toujours le cas, comme nous avons pu le constater il y a quelques mois sur une ligne méditerranéenne. Si la publicité vantait la qualité de la liaison, la réalité était bien différente (entretien laissant à désirer, cabines vétustes, décoration vieillotte, cuisine très banale...) Régulièrement amenés à vous faire découvrir les derniers paquebots entrant en flotte, nous avons donc abordé le Cap Finistère avec une certaine prudence, les ferries pouvant rarement rivaliser avec les standards de la croisière. Heureusement, cette fois, ce ne fut pas une déception mais plutôt une belle surprise.

Le Cap Finistère  (© : MARCEL MOCHET)
Le Cap Finistère (© : MARCEL MOCHET)

Un navire bien adapté au golfe de Gascogne

Dernier bateau mis en service chez Brittany Ferries, en mars 2010, le Cap Finistère est l'ancien Superfast V, construit en 2001 aux chantiers allemands HDW et racheté à la compagnie grecque Attica. Long et effilé, cette unité, taillée pour la course, mesure 204 mètres. Pour des traversées dans le golfe de Gascogne, cette dimension est très appréciable car elle répond bien à la longueur d'ondes des vagues en Atlantique. Ainsi, le Cap Finistère prend très bien la mer et se révèle très stable. De ce point de vue, le confort est appréciable, surtout lorsque la vitesse est élevée. Le ferry est également avantagé par la puissance de ses quatre moteurs, qui développent 46.080 Kw, soit plus de 62.000 cv. Pour sa rotation inaugurale vers Bilbao, en début de semaine, le Cap Finistère a navigué sur deux moteurs seulement (jusqu'à 19 noeuds), ce qui lui laisse de la marge pour combler d'éventuels retards. Lors des essais clôturant son dernier arrêt technique, qui s'est déroulé à Gdansk, le Cap Finistère a, en effet, atteint la vitesse de 31.5 noeuds. Et, d'après l'équipage, il aurait sans doute pu faire encore mieux, ce qui procure une marge de manoeuvre importante. Lors de son arrêt technique en Pologne, le Cap Finistère a, également, reçu deux nouveaux propulseurs d'étrave de 1500 kW chacun (contre 900 kW auparavant). Il dispose, ainsi, de plus de puissance pour les manoeuvres portuaires, notamment à Roscoff. Côté espaces publics, le navire peut être clairement rangé dans la catégorie des cruise ferries.

Le Cap Finistère  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le Cap Finistère (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

1926 mètres linéaires de parking

Très bien conçu, le Cap Finistère peut accueillir dans ses ponts garages voitures, camping cars, bus, camions et remorques transportant des colis lourds (comme un monocoque de 60 pieds transporté en début de semaine). En tout, 1926 mètres linéaires de parkings sont disponibles, ce qui représente par exemple une capacité de 110 camions et 85 voitures. Chargés avec précaution et suivant une disposition bien précise, les véhicules sont attachés au pont par l'équipage au moyen de saisines, de manière à ne pas bouger quelque soit l'état de la mer durant la traversée. C'est donc l'esprit tranquille que les passagers et routiers peuvent lâcher le volant et profiter de la navigation, grâce à laquelle ils vont se détendre, plutôt que de passer de longues heures sur les routes pour traverser la France.

Les garages du Cap Finistère  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Les garages du Cap Finistère (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Les garages du Cap Finistère  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Les garages du Cap Finistère (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Les garages du Cap Finistère  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Les garages du Cap Finistère (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Les espaces publics

Le Cap Finistère voit ses espaces publics intérieurs se concentrer aux ponts 7 et 8. A l'embarquement, on y accède directement via l'entrée du garage au pont 3 et un escalator qui conduit, sans effort, les passagers et leurs valises jusqu'à la réception, où le personnel est prêt à répondre à toutes les questions. Les espaces publics comprennent des points de restauration, dont un espace réservé aux routiers, des bars, des boutiques et, sur l'arrière, un grand salon, le Planets, avec mezzanine s'étalant sur deux niveaux. Offrant une très belle vue sur le sillage du navire, cet espace permet de profiter de la mer en journée et de boire un verre dans une ambiance plus festive le soir, puisque le bar peut se transformer en boite de nuit. A la mezzanine, on trouve aussi une salle de jeux vidéo pour les enfants, ainsi qu'un espace cinéma ou des films sont diffusés sur de grands téléviseurs. Ce niveau abrite aussi une salle pouvant être privatisée pour des séminaires ou voyages de groupe. Enfin, la boutique « 5th Avenue » propose sur 120 m2 un large choix de produits détaxés.

Planets  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Planets (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Planets  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Planets (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Salon  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Salon (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Salon (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Salon (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Les intérieurs se révèlent très propres, modernes et confortables. Côté décoration, le navire, exploité auparavant en Méditerranée, a été mis au goût de Brittany Ferries lors de son arrêt technique à Dunkerque ayant suivi son rachat. Comme tous les navires de la flotte, le Cap Finistère présente des oeuvres d'arts d'artistes français. Ainsi, on trouve à bord des aquarelles et gouaches du peintre Mathieu Dorval, représentant différents caps d'Angleterre, de Bretagne et d'Espagne, de même que des paysages normands peints par Henri de Saint Delis. L'ensemble procure une atmosphère très agréable, d'autant qu'il n'y a pas à bord d'impression de foule. Les passagers se répartissent très bien entre les différents espaces, permettant d'apprécier une traversée tranquille et reposante.

Restaurant  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Restaurant (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Restaurant  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Restaurant (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Une restauration à la hauteur des attentes

Reconnue par les passagers britanniques pour la qualité de ses prestations, Brittany Ferries ne lésine pas sur la restauration. Le navire compte un restaurant capable d'accueillir 280 personnes. Ce bel espace, lumineux, propose des plats et menus à la carte, avec service à table. Dans la tradition culinaire française, les convives peuvent choisir parmi une belle variété de plats comprenant différentes préparations de viandes, de poissons, et un bon choix de fromages français et de desserts. On peut, par exemple, y déguster de belles gambas à la plancha, un excellent tournedos châtelaine ou encore un pressé de volaille au foie gras. La qualité des mets est très bonne et le service impeccable. Quant aux prix, ils demeurent abordables, soit 22 euros pour une entrée et un plat, ou 27 euros pour une formule entrée/plat/fromage ou dessert.

Carpaccio de Saint-Jacques  (© : STUDIO ANDRE)
Carpaccio de Saint-Jacques (© : STUDIO ANDRE)

Coquillages farcis  (© : STUDIO ANDRE)
Coquillages farcis (© : STUDIO ANDRE)

Pavé de bar  (© : STUDIO ANDRE)
Pavé de bar (© : STUDIO ANDRE)

Crèmes  brûlées  (© : STUDIO ANDRE)
Crèmes brûlées (© : STUDIO ANDRE)

Gâteau  (© : STUDIO ANDRE)
Gâteau (© : STUDIO ANDRE)

Viennoiseries  (© : STUDIO ANDRE)
Viennoiseries (© : STUDIO ANDRE)

Pâtisseries  (© : DINGO)
Pâtisseries (© : DINGO)

Le restaurant est également ouvert pour le petit déjeuner, avec de vrais croissants et pains au chocolat, du pain frais, du lait et des céréales, des oeufs brouillés ou au plat, du café, du thé et des jus de fruit (orange ou pomme), le tout pour 11 euros. Il existe par ailleurs des menus et petits déjeuners pour les enfants.
Toujours en matière de restauration, on notera aussi la présence au pont 6 du « Petit Marché », un concept intéressant permettant aux passagers, comme s'ils étaient au rayon frais d'un supermarché, d'acheter des produits prêts à consommer, comme différentes sortes de sandwiches, qu'ils consomment ensuite sur les banquettes et tables disposés le long des sabords, ou bien en extérieur.

Le bar extérieur Belle View  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le bar extérieur Belle View (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Les ponts extérieurs

Au niveau des extérieurs, l'arrière du pont 9 s'ouvre sur un bar en plein air, le « Belle View ». Face au sillage du bateau, on peut y prendre un verre et, pour les fumeurs, allumer une cigarette (les espaces intérieurs sont non fumeurs). A la belle saison, cet espace abrité permet de profiter au mieux de la mer, du soleil et de la brise marine. La musique, plutôt tonique en journée, n'est d'ailleurs pas sans rappeler l'esprit vacances qui règne sur les ponts extérieurs des paquebots. Deux escaliers donnent accès au pont 10, situé juste au dessus. Lors du dernier arrêt technique à Gdansk, ce niveau a bénéficié de différents travaux. Les sols ont été refaits et des protections contre le vent ont été installées, de manière à ce que les passagers puissent profiter de cet endroit même lorsque le vent souffle fort et que les conditions météorologiques ne sont pas optimales. A tribord, un bel espace doté de jeux a été aménagé pour les enfants. Le sol y est recouvert de dalles en plastique, ce qui améliore l'adhérence et amorti les éventuelles chutes, une configuration bien pratique pour un lieu où les plus jeunes sont amenés à se défouler.

Vue extérieure depuis la passerelle (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Vue extérieure depuis la passerelle (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La promenade pour chiens (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
La promenade pour chiens (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le pont 10 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le pont 10 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le pont 10 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le pont 10 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le pont 10 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le pont 10 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le pont 10 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le pont 10 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La partie centrale du pont 10 accueille une piscine, très utile pour se rafraîchir en été, ainsi qu'un bar. Autour sont installés bancs, tables et chaises. Toujours au même niveau, sur bâbord, on trouve une promenade réservée aux chiens, qui peuvent ainsi se dégourdir les pattes et se soulager. Si, pour les Français, cette vision est un peu curieuse, il s'agit d'un service indispensable pour les Britanniques, qui constituent la première clientèle de la compagnie et n'imaginent pas une seconde de partir en vacances sans leur animal de compagnie. L'offre « canine » ne se limite d'ailleurs pas à la promenade. Il y a également, au même niveau, un chenil comprenant 12 places, où les toutous peuvent passer la nuit. Quatre cabines ont, également, été modifiées (moquette remplacée par un linoleum), afin de pouvoir accueillir les maîtres et leurs chiens.
Dans sa nouvelle configuration, le pont 10 du Cap Finistère se révèle donc très pratique. Un seul regret peut-être au niveau de l'esthétisme, beaucoup plus basique que sur un navire de croisière et qui mériterait d'être agrémenté.

Cabine deluxe  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Cabine deluxe (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

270 cabines

En matière de logements, tous les passagers effectuant une traversée entre l'Angleterre et l'Espagne, soit 23 heures pour la plus courte, doivent réserver une cabine. Contrairement aux ferries exploités sur les liaisons transmanche, il n'y a pas de salon avec sièges inclinables. Au cours de l'arrêt technique en Pologne, une zone dotée initialement de couchettes superposées a été remplacée par 26 nouvelles cabines, portant à 270 le nombre total de cabines, dont 8 deluxe. Les cabines standard sont simples mais très propres (le nettoyage est réalisé par un prestataire extérieur dans chaque port d'embarquement et de débarquement) et fonctionnelles. Des couchages rabattables sont disposés sur les cloisons, s'ajoutant aux lits disposés de chaque côté d'un hublot et offrant une capacité d'accueil de quatre personnes.

Cabine standard  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Cabine standard (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Les cabines comptent un bureau et une salle de bain assez grande avec sanitaires et douche. L'accès s'y fait, comme dans un hôtel ou sur un paquebot, via une carte magnétique remise aux passagers à l'embarquement. On notera, en revanche, qu'il n'y a pas de téléviseur ni de connexion Internet disponible en cabine. Pour accéder au web, il faut acheter un forfait à la réception et se connecter, par WiFi, dans les espaces publics. Malheureusement, ces forfaits doivent être consommés intégralement dès la première connexion. Contrairement aux navires de croisière, il n'est par exemple pas possible de surfer un quart d'heure, de se déconnecter et de reprendre le cours de son forfait plus tard, ce qui est dommage.

 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Un service 100% français

Comme tous les navires de Brittany Ferries, le Cap Finistère est armé au premier registre du pavillon français. Le navire, dont le port d'attache est Morlaix, compte un équipage exclusivement français. On trouve, à bord, 86 membres d'équipage, soit 14 officiers, 12 marins pour le pont, 10 autres aux machines, ainsi que 40 personnes pour la partie hôtelière et 10 hôtesses. A bord, l'équipage se révèle très avenant, souriant et professionnel. Un véritable plaisir pour les passagers, qui se sentent immédiatement chez eux et apprécient la qualité de l'accueil. Il est d'ailleurs à souligner que Brittany Ferries fait de gros efforts en matière de services, les personnels recevant des formations spécifiques dont le résultat peut se mesurer à la satisfaction des clients. En plus de cet équipage, la compagnie a également choisi d'employer une équipe d'animation afin de renforcer le côté croisière des traversées sur le Cap Finistère. Ainsi, les passagers peuvent s'essayer, à l'Atelier, à des activités d'oenologie et de maquillage. Durant la saison estivale, il sera possible de perfectionner ses connaissances sur les mammifères marins, grâce à l'expertise de l'association ORCA, en observant les animaux dans le golfe de Gascogne et en participant à des conférences. Des jeux et des quizz seront aussi proposés aux enfants et aux adultes par des professionnels de l'animation (musiciens, DJ, animateurs ...)
Pour mémoire, le Cap Finistère effectue trois rotations par semaine entre l'Angleterre et l'Espagne, soit deux vers Bilbao et une vers Santander. Le navire appareille le dimanche soir de Portsmouth (22h) pour arriver le lundi matin à Roscoff (8h) d'où il repart à 9h30 pour gagner Bilbao le lendemain à 6h30. Quittant le port basque trois heures plus tard, le ferry arrive à 9h30 le mercredi à Portsmouth. De là, il repart à midi pour une traversée de 24 heures vers Santander, où il accoste le jeudi à 12h. A 14h30, il appareille pour Portsmouth, qu'il rejoint à la même heure le vendredi. A 17h, une nouvelle traversée de 24 heures débute vers Bilbao. Puis le samedi soir, (19h45), le Cap Finistère remonte vers l'Angleterre, où il arrive le dimanche à 19 heures. Le temps de débarquer ses véhicules et passagers, d'avitailler et de rembarquer, il est prêt à repartir à 22 heures pour un nouveau cycle hebdomadaire.
On notera enfin que Brittany Ferries propose également à ses clients, pour compléter leur voyage, une offre complète d'hébergements dans les principales villes d'Espagne et des séjours balnéaires en hôtel, appartement, chalet et mobile-home.

Le Cap Finistère  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le Cap Finistère (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Brittany Ferries