Défense
Une troisième FREMM et un second PSP passent au double équipage

Actualité

Une troisième FREMM et un second PSP passent au double équipage

Défense

Après l’Aquitaine et le Languedoc l’an dernier, une troisième frégate multi-missions (FREMM) de la Marine nationale vient de passer au double équipage. Il s’agit de la Bretagne, pour laquelle la cérémonie de prise de commandement du premier équipage B, emmené par le capitaine de vaisseau Laurent Laporte, s’est déroulée le 27 août à Brest. « Cette importante évolution de la gestion des ressources humaines permet d’offrir davantage de visibilité aux équipages et de stabilité à la programmation de l’activité opérationnelle à la mer. Pour les marins concernés, elle permettra de mieux concilier leur vie privée et leur vie professionnelle et de construire une progression de carrière plus souple », rappelle la Marine nationale.

Avec un rythme de relève tous les quatre mois, les équipages A et B alternent entre une période de « prise en charge » de leur FREMM, constituée d’opérations et d’activités à la mer, et une période dite « en préparation » à terre, permettant la régénération de l’équipage, une préparation à la conduite d’opérations grâce à des simulateurs, ainsi qu’une contribution au maintien des capacités de la frégate. En plus de l’intérêt de ce changement en matière de ressources humaines, le passage au double équipage offre aussi des avantages opérationnels appréciables dans un contexte d’activité accrue pour la Marine nationale, avec un potentiel de jours de mer plus important pour chaque bâtiment et une meilleure flexibilité dans les missions. C’est ainsi que le Languedoc va pouvoir contribuer durant six mois à la mission Agenor dans le golfe Persique, sans avoir besoin de rentrer en France. Pour cela, la relève des équipages A et B a été menée en août à partir de la base navale française d’Abu Dhabi.

On notera que cette évolution se déroule sans impact notoire pour la marine en termes d’effectifs puisque le passage progressif au double équipage des nouvelles FREMM (armées par 109 marins) s’inscrit dans le sillage du désarmement de frégates d’ancienne génération, beaucoup moins automatisées et dont le personnel était nettement plus important.  Ainsi, l’arrivée de l’équipage B de la Bretagne suit le retrait du service actif au printemps de la frégate anti-sous-marine La Motte-Picquet, qui était armée à Brest par plus de 200 marins.

 

La frégate La Motte-Picquet, retirée du service au printemps (© MICHEL FLOCH)

La frégate La Motte-Picquet, retirée du service au printemps (© MICHEL FLOCH)

 

Le même principe avait prévalu en 2019 pour l’Aquitaine et le Languedoc, dans la foulée du désarmement des Primauguet et Cassard. Une autre FREMM toulonnaise, la Provence ou l’Auvergne, devrait suivre le même chemin en 2021 lorsque la frégate antiaérienne Jean Bart prendra sa retraite.

Le concept du double équipage concerne également les trois patrouilleurs de service public (PSP) basés à Cherbourg et armés chacun par 20 marins. Après le Flamant l’an dernier, ce fut au tour du Cormoran cet été d’y passer et ce sera normalement le cas du Pluvier en 2021.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Le PSP Cormoran (© VINCENT GROIZELEAU)

Le PSP Cormoran (© VINCENT GROIZELEAU)

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française