Vie Portuaire
Union Naval Marseille : Vers une procédure de liquidation judiciaire ?

Actualité

Union Naval Marseille : Vers une procédure de liquidation judiciaire ?

Vie Portuaire

Le torchon brûle, depuis janvier, entre les syndicats et la direction de l'entreprise de réparation Union Naval Marseille. Il y a deux mois, un mouvement de grève avait éclaté pour dénoncer un recours jugé « abusif » à la sous-traitance. Après le licenciement, en janvier, de 7 grévistes, la direction a assigné en justice 5 salariés de la CGT pour entrave à la liberté de travailler. Dans ce dernier cas, l'entreprise a été déboutée et, concernant les licenciements, les Prud'hommes ont été saisis. Face à un conflit qui n'en finit pas, la direction d'UNM a annoncé hier, en comité d'entreprise, qu'elle envisageait de lancer auprès du tribunal de commerce une procédure de liquidation judicaire. Consulté, le CE s'est prononcé contre mais le spectre d'une cessation d'activité pèse désormais sur l'entreprise, qui emploie 130 salariés et environ 400 sous-traitants. La direction pourrait se prononcer aujourd'hui sur la suite à donner au dossier. Dans un communiqué, le patronat marseillais dénonce un « gâchis ».
Placée en redressement judiciaire, l'ex-Compagnie Marseillaise de Réparations (CMR) avait été reprise à l'automne 2006 par le groupe espagnol Boluda, qui l'avait rebaptisé Union Naval Marseille. Alors que le nombre de grands navires transitant en Méditerranée a fortement augmenté, la société dispose de sérieux atouts avec l'exploitation des formes 8 et 9, de 350 et 250 mètres de long. Dès 2007, l'activité de réparation navale avait repris des couleurs, avec 33 navires passant dans les cales phocéennes, contre 11 seulement l'année précédente.

Port de Marseille