Marine Marchande
Unseenlabs, les nanosatellites au service de la surveillance maritime
ABONNÉS

Focus

Unseenlabs, les nanosatellites au service de la surveillance maritime

Marine Marchande

Etre capable de repérer et d’identifier un navire de manière certaine sur n’importe quel point du globe, qu’il émette ou non un AIS. Voilà ce qu’est capable d’effectuer la technologie satellitaire développée par la jeune entreprise rennaise Unseenlabs. Créée en 2015 par trois frères, Jonathan, Benjamin et Clément Galic, elle s’apprête à lancer Bro-2 et Bro-3, ses deuxième et troisième nano-satellites avec Rocket Lab, le lanceur néo-zélandais. Le début d’une constellation et la confirmation de la maturité d’une technologie, quasi-unique au monde, qui a déjà convaincu plusieurs clients, dont la Marine nationale.

« Mon frère Jonathan et moi sommes ingénieurs de formation. Pour ma part, j’ai commencé dans les systèmes d’information critiques du trafic aérien. J’ai rapidement basculé vers le spatial par goût de l’innovation, et j’ai rejoint le centre de contrôle générique du CNES », raconte Clément Galic, rencontré à Rennes par Mer et Marine. « Jonathan, lui, est ingénieur spatial et il a travaillé chez Airbus, dans l’opération des missions satellites ». Ce dernier y développe notamment une expertise dans le ROEM, le renseignement d’origine électromagnétique.

Maîtrisé par quelques pays dans le monde, et développé principalement dans des cadres militaires et étatiques, le ROEM se base sur la captation et l’interprétation des ondes électromagnétiques des appareils qui les