Construction Navale
Vard : Pas de fermeture de chantier en Norvège

Actualité

Vard : Pas de fermeture de chantier en Norvège

Construction Navale

La Norvège est actuellement frappée de plein fouet par le ralentissement de l’activité dans l’industrie offshore et parapétrolière. La chute du prix du baril entrainant une réduction significative des investissements, des milliers d’emplois ont été détruits dans le secteur ces derniers mois. Une situation affectant bien entendu les chantiers norvégiens, qui remplissent traditionnellement une grande partie de leurs cales avec l’offshore. Illustration flagrante de l'effondrement de l'activité, ce secteur ne représente plus qu'un quart du plan de charge national, soit 36 navires sur 140 commandes recensées en Norvège, où la navale a désormais pour principal client (du moins en nombre d'unités) l'industrie de la pêche (84 bateaux), le reste du carnet de commandes étant constitué de navires à passagers (11) et de navires de soutien à l'éolien offshore (5). 

Parmi les constructeurs les plus touchés par cette conjoncture défavorable se trouve Vard, filiale du groupe italien Fincantieri, qui compte cinq chantiers en Norvège. Malgré la situation, Fincantieri ne compte pas réduire la voilure en Norvège. Aucune fermeture de site ou coupe dans les effectifs n’est prévue, a confirmé la semaine dernière à Mer et Marine Giuseppe Bono, directeur général du groupe italien. Même si les prises de commandes ont été très limitées ces derniers mois, celui-ci explique que la charge peut être étalée sur les cinq chantiers norvégiens de Vard sans en passer par des mesures drastiques. Comme ses homologues norvégiens, Vard fait donc le dos rond en attendant la reprise. Sauf qu’il est bien difficile de savoir quand elle interviendra. Tout dépendra de l’évolution du cours du pétrole et, d’ores et déjà, l’industrie norvégienne s’attend encore à deux mauvaises saisons.

 

Le chantier Vard de Soviknes (© : VARD)

Le chantier Vard de Soviknes (© : VARD) 

 

Concernant le plan de charge de Vard, les cinq chantiers norvégiens du groupe ont en tout 15 navires en commande ferme et 2 options. Soviknes est le mieux loti avec un navire à livrer en 2015, trois en 2016 et un en 2017 (plus une option). Vient ensuite Brevik avec quatre unités devant être achevées en 2016. Aukra a deux navires livrables en 2016 dans son carnet de commandes (plus une option), alors que Brattvaag en compte deux pour 2016 et un pour 2017. Le chantier de Langsten, enfin, livrera un navire cette année et un autre l’an prochain.

En plus de ses cinq sites norvégiens et de ses bureaux d’études implantés à Alesund, on rappellera que Vard compte deux chantiers en Roumanie, deux au Brésil et un au Vietnam. L’ensemble emploie 10.000 personnes. 

Vard | Toute l'actualité du constructeur naval Fincantieri | Actualité du constructeur naval italien