Nautisme
Vendée Globe : Cervin EnR n'utilisera que des énergies propres

Actualité

Vendée Globe : Cervin EnR n'utilisera que des énergies propres

Nautisme

Cervin EnR, barré par Yannick Bestaven, sera le premier bateau du Vendée Globe à utiliser uniquement des énergies propres. Lors des courses au large, les skippers ont en effet recours à un moteur pour produire l'électricité nécessaire au fonctionnement des équipements, comme le GPS, le pilote automatique ou le radar. En tout, quelques 450 litres de gazole peuvent être embarqués. S'appuyant sur les compétences de son sponsor, spécialiste de l'énergie solaire, Yannick Bestaven pourra se targuer d'être à la barre d'un voilier totalement propre. « Dans un but à la fois sportif et écologique, Cervin EnR développe une solution novatrice d'alimentation électrique satisfaisant les besoins énergétiques du voilier pour un tour du monde en course. Grâce à ce système aucune énergie fossile ne sera utilisée, tout en améliorant le potentiel du bateau », explique l'entreprise. La solution retenue porte sur la compilation d'un hydrogénérateur, du solaire et de la pile à combustible, ce qui permettra de réduire de 40% le poids des combustibles embarqués. Au-delà du Vendée Globe, Cervin EnR espère bien profiter de la course pour développer cette solution innovante dans le secteur très porteur du nautisme : « Les compétitions permettront de démontrer la faisabilité de ce projet et son adaptation possible au marché de la plaisance ».
En attendant de se lancer des Sables d'Olonne, fin 2008, Yannick Bestaven vient de boucler la transat Ecover BtoB entre Bahia et Port-La-Forêt. Après 18 jours de navigation, le skipper s'est classé huitième de cette course, remportée par Loïck Peyron (Gitana Eighty).
Après cette arrivée en Bretagne, Cervin EnR est reparti hier pour un convoyage vers la Rochelle. C'est là que seront menés les grands travaux d'hiver avec, au programme, l'amélioration du rendement au près, l'évolution des appendices et la mise en place d'un nouveau gréement. Le chantier verre, aussi, l'installation de panneaux solaires et autres systèmes développés spécialement par les ingénieurs et techniciens du team et de ses partenaires pour garantir au 60 pieds IMOCA une autonomie d'énergie optimale.
Après trois mois d'activité intense, le voilier sera remis à l'eau début avril.