Nautisme

Actualité

Vendée Globe: Dans l'anticyclone de Sainte-Hélène

Pas de changement en tête du Vendée Globe, Armel Le Cléac'h (Banque Populaire) est toujours en tête devant François Gabart (Macif) et Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 3). Mais l'écart entre Le Cléac'h et Gabart tend à se réduire... Et tous vont devoir traverser une dorsale anticyclonique qui pourrait relancer la donne...

 
Contourner Sainte-Hélène
 
Pour tous, le contournement de l’anticyclone de Sainte-Hélène est maintenant à l’ordre du jour. L'idée étant de mettre un peu d'est dans les trajectoires. Les tenants d’une route au plus court espèrent bien que l’anticyclone ne freinera pas leur progression quand les partisans d’une trajectoire plus sud espèrent recueillir les dividendes de leur investissement.
En tête de flotte, les trois premiers progressent vers les quarantièmes. Armel Le Cléac’h (Banque Populaire), toujours en tête, est dans une situation plus fragile qu’il n'y paraît. Positionné au plus près du prochain way-point, le navigateur saint-politain sait que si la distance théorique à la porte des glaces le pointe à la première place, la situation est plus complexe.
François Gabart (MACIF), sous son vent, et surtout Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 3), ont les moyens pour chambouler la hiérarchie. D’autant que tous vont devoir traverser une dorsale anticyclonique qui pourrait relancer la donne. Jean-Pierre Dick, au classement de 16 heures, a choisi de contourner cette zone par l’ouest. Il faut savoir investir parfois, pour faire fructifier son capital par la suite. 
 
 
Ils ont dit... (durant la vacation) :
 
Armel Le Cléac'h (Banque Populaire) : "On subit un petit peu l’anticyclone de Sainte-Hélène. Devant ce n’est pas très stable au niveau du vent. Cette nuit il y a eu des grains et des nuages avec vent, d’autres sans vent donc c’est difficile de prévoir ce qu’il peut se passer. La nuit n’a pas été très bonne, notamment par rapport à François qui est allé beaucoup plus vite. On essaye de trouver le bon chemin pour les prochains jours. On a des conditions assez estivales donc on en profite. Après les mers du sud seront plus compliquées. Les écarts sont relativement faibles encore à l’échelle du Vendée Globe. Il y a une petite dépression qui est devant et qui amène plus ou moins de vent. Il faut jouer avec tout ça, ça ne va pas être simple avant d’arriver à la porte Atlantique. On essaye de trouver le chemin le plus court et qui représente le moins de risques".
 
Jean Le Cam (Synerciel) : "Ça va bien, tout se passe bien. Je suis juste à côté d’une île, c’est sympa. J’ai déjà commencé à rattraper mon retard. J’avais 50 milles de retard après mon aventure avec les gendarmes. J’ai bien comblé la brèche pour commencer. Chaque chose en son temps, il faut marcher marche par marche. Il faut déjà que je passe devant Mike Golding. Mais la pêche a été bonne ce week-end, je ne sais pas si vous avez remarqué. Je vais quand même un petit peu plus vite que ceux qui sont devant. Au fur et à mesure, ils vont peut-être bloquer un peu plus dans la dorsale. Là où je suis content, c’est que le bateau va vraiment très bien. Il y a Titouan Lamazou qui m’a envoyé un dessin, ça fait chaud au cœur. C’est un truc de malade. Comme quoi, un beau dessin vaut mieux qu’un long discours".
 
 
Retrouvez toute l’actualité du Vendée Globe sur le site du Télégramme : carte interactive avec tous les engagés, l’historique de la course, un point quotidien et les toutes dernières infos, des vidéos, le parcours décrypté par Michel Desjoyeau...