Nautisme
Vendée Globe : Marc Guillemot échappe à la tempête mais perd sa quille

Actualité

Vendée Globe : Marc Guillemot échappe à la tempête mais perd sa quille

Nautisme

Après Dominique Wavre (Temenos II) avant les Kerguelen, Jean Le Cam (VM Matériaux) avant le cap Horn et Roland Jourdain (Veolia Environnement) en approchant des Açores, c'est au tour de Marc Guillemot de constater que son monocoque n'a plus de quille. Tout le bas de l'appendice repose désormais par plus de 3000 mètres de fond, à 250 milles au Nord de Sao Miguel, à 800 milles de la pointe espagnole et à environ 1000 milles des Sables d'Olonne. Hier, le skipper de Safran semblait, en fait, plutôt soulagé de ne plus avoir sa quille à moitié sortie de son logement. Bien que Marc Guillemot ait pu la bloquer dans l'axe en la retenant par des cordages traversant le rouf pour se fixer sur le mât, les trois tonnes de plomb plongé à 4,50 mètres de profondeur avaient toujours de quoi déplacer le voile de quille. Le bras de levier est tel que l'appendice aurait pu détruire le puits, voire les fonds du bateau, provoquant une voie d'eau impossible à colmater.

Comme Roland Jourdain avant les Açores, Marc Guillemot a donc réduit la toile et rempli tous ses ballasts au vent pour alourdir le bateau et lui donner plus de stabilité. Par chance, la dépression qui balaye le golfe de Gascogne est loin devant Safran, qui n'avait hier soir plus qu'une quinzaine de noeuds de vent de Nord-Ouest sur une mer qui s'assagissait. Dans la soirée, le navigateur essayait toujours de faire route vers Les Sables d'Olonne pour finir le parcours et être classé : les simulations laissent entendre que le solitaire pourrait atteindre le but en fin de week-end ou en début de semaine, selon les pièges météorologiques de l'Atlantique...

Et pendant ce temps, Samantha Davies (Roxy) s'est aussi fait sérieusement brasser au large des Açores lors du passage d'un front très actif avec une mer déferlante et de grosses rafales à plus de cinquante noeuds. La Britannique était hier après-midi à moins de 1000 milles de l'arrivée et devait repasser devant Marc Guillemot avant la nuit. Reste à savoir si la navigatrice pourra finir avec plus de 50 heures de marge pour l'acquisition de la troisième marche du podium... puisque les deux solitaires ont été redressés, Marc avec 82 heures de bonus, Samantha avec 32 heures. Mais l'Atlantique réserve encore des rebondissements car après cette tempête dans le golfe de Gascogne, l'anticyclone des Açores s'installe pile sur la position des deux skippers... De quoi faire une pause sur Safran après ces journées harassantes pour Marc Guillemot et de quoi tenter une échappée pour Sam Davies !
Pour mémoire, Michel Desjoyeaux a remporté cette sixième édition du Vendée Globe le 1er février, après 84 jours, 3 heures et 9 minutes de mer. Armel Le Cléac'h s'est emparé samedi dernier de la seconde place en franchissant la ligne d'arrivée aux Sables d'Olonne.
_______________________________________

- La course en direct sur le site du Vendée Globe